Cinéma: la parité progresse mais nécessite l'implication de tous (collectif 50/50)

  • Laurence Lascary (2eG) a reçu en 2008 le Grand Prix Espoir Banlieues du concours "Les talents des cités".
    Laurence Lascary (2eG) a reçu en 2008 le Grand Prix Espoir Banlieues du concours "Les talents des cités". BORIS HORVAT / AFP
Publié le , mis à jour

(AFP) - Festivals, production de films... Trois ans après le début du mouvement #MeToo, la parité progresse dans le cinéma, même s'il reste encore des "trous dans la raquette", a constaté le collectif 50/50 lors de ses assises mercredi.

Ce collectif se donnait jusqu'en 2020 pour faire progresser la parité dans le monde du cinéma et de l'audiovisuel. Au vu de la tâche, il continuera finalement ses actions.

"La parité, c'est l'affaire de tous, c'est ensemble qu'on réussira le changement", a souligné auprès de l'AFP l'une des coordinatrices, la productrice Laurence Lascary.

La première action mise en place, une charte qui engage les festivals à favoriser la parité, a été signée par 156 d'entre eux dans le monde.

En conséquence, "les comités de sélection des films sont de plus en plus paritaires, ce qui est très positif", a précisé Mme Lascary. Même si les directions artistiques des grands festivals sont aujourd'hui occupées par des hommes.

Aujourd'hui, la parité "n'est plus quelque chose qui met mal à l'aise", souligne-t-elle. Les César, par exemple, qui ont annoncé mercredi que l'actrice Marina Foïs serait maîtresse de cérémonie l'an prochain, se sont renouvelés de fond en comble "et la prise en compte de la parité s'est faite naturellement".

Malgré tout, il reste "énormément de sujets pour lesquels il y a des trous dans la raquette comme l'égalité des salaires", ainsi que "l'inclusion et la diversité", a-t-elle relevé.

Un livre blanc des bonnes pratiques est produit par le collectif, pour faire avancer les choses "de façon transversale, sur toute la filière".

En introduction des assises, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot avait souligné les avancées, notamment grâce au "bonus parité" pour aider la production de films respectant ce principe.

Un tiers des films français produits cette année ont profité de ce bonus, une proportion qui progresse, a souligné la ministre, tandis que la part des premiers films réalisés par des femmes est passée de 27 % à 40% en dix ans.

Un effort va être fait en milieu scolaire pour que les oeuvres de femmes soient davantage diffusées, a-t-elle ajouté.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?