Dépistages anti-Covid : les nouvelles règles

  • La fin de la gratuité des tests de confort confirmée. 
    La fin de la gratuité des tests de confort confirmée.  Archives ML - MA
Publié le

Les tests de confort ne seront plus remboursés à partir du 15 octobre. Mode d’emploi.

C’est l’un des leviers utilisés par le chef de l’État pour inciter les personnes à aller se faire vacciner. Alors que nombre de sorties sont désormais inaccessibles sans présentation du pass sanitaire, la fin de la gratuité des tests frappera, elle, à partir du 15 octobre au portefeuille les personnes qui préfèrent se faire dépister régulièrement pour continuer à aller au restaurant, au cinéma ou en discothèque, sans passer par la case vaccin.
Le Premier ministre, Jean Castex, a précisé lundi, dans les colonnes du quotidien Les Échos, cette mesure esquissée le 12 juillet par le chef de l’État.

Remboursés sur prescription

"Il n’est plus légitime de payer des tests de confort à outrance aux frais des contribuables, a estimé le Premier ministre. Mais les tests continueront d’être remboursés pour raison médicale », sur prescription donc d’un médecin.
« La logique est de rembourser les tests liés à des motifs réellement médicaux, et de continuer à inciter à se faire vacciner », a expliqué le chef du gouvernement.

Les vaccinés ne paieront pas

Les personnes vaccinées pourront être remboursées, elles, « sans prescription », quand elles devront réaliser un dépistage. Si la vaccination protège à 90 % des formes graves du virus, elle ne prémunit pas totalement des contaminations. « L’idée est d’inciter la population vaccinée à rester vigilante et à aller se faire tester en cas de symptômes », a précisé lundi le ministère de la Santé, interrogé par Le Parisien.
Tous les tests des vaccinés resteront donc, pour l’heure, pris en charge par l’Assurance maladie, y compris, précise le ministère, ceux qui sont demandés pour voyager dans certains pays, en complément des injections. Un cas de figure « rare », selon l’exécutif qui rappelle que le passe sanitaire est suffisant pour la plupart des destinations.

Pas de frais pour les mineurs

« Nous voulons également maintenir la gratuité pour les mineurs », a annoncé le Premier ministre Jean Castex. Ils pourront donc continuer à bénéficier des tests gratuits.
Le Conseil scientifique avait défendu samedi le maintien de la gratuité pour les moins de 16 ans. Le gouvernement a souhaité aller plus loin.
Ouverte depuis le 15 juin, la vaccination des mineurs se fait sur la base du volontariat, des parents ainsi que de l’adolescent. Seuls les mineurs de plus de 16 ans peuvent se faire vacciner seuls, sans autorisation parentale. Mais le pass sanitaire sera étendu, comme prévu, aux jeunes de 12 à 17 ans dès ce jeudi. 71 % des 12-17 ans ont au moins reçu une dose de vaccin à ce stade.

Un tarif qui doit être encadré

Un tarif standard doit être encadré par un décret, selon les informations transmises aux professionnels du secteur, mais le montant n’a pas encore été tranché. Selon le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le tarif ne devrait pas trop s’éloigner de celui qui est appliqué aux ressortissants des autres pays. « On a mis en place les tests payants pour les étrangers au début de l’été. C’est 29 € pour l’antigénique et 49 € pour le PCR, a priori, ça ne sera pas très éloigné », a-t-il précisé. Le nombre de lieux de dépistages fluctue, parallèlement, au fil des semaines, mais le gouvernement a réalisé une carte en ligne sur le site internet Santé.fr regroupant tous les lieux où il est possible de réaliser un test PCR.

Un double objectif

Alors que 85 % de la population majeure est entièrement vaccinée, le rythme des injections diminue, le gouvernement espère donc motiver davantage de volontaires avec le déremboursement des tests. Leur prise en charge a coûté 2,2 Md€ en 2020 et une facture de 4,9 Md€ était prévue cette année.

La pression hospitalière continue de baisser en France, où 7 980 malades étaient hospitalisés lundi (- 14) en lien avec l’épidémie, dont 1 571 en réanimation (- 6). 74 décès ont été recensés en 24 heures.
 
Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?