Vers la deuxième mort du disque vinyle ?

  • "Chez certaines majors, les prix sont montés à 30-40 euros, c'est un jeu très malsain", dit aussi à l'AFP Aurélie Hannedouche, du Sma.
    "Chez certaines majors, les prix sont montés à 30-40 euros, c'est un jeu très malsain", dit aussi à l'AFP Aurélie Hannedouche, du Sma. fabphoto / IStock.com
  • Cyril Caucat, disquaire à Clairvaux et à Nîmes.
    Cyril Caucat, disquaire à Clairvaux et à Nîmes. Archives CP
Publié le

Pénurie de matière première, augmentation disproportionnée du prix d'un disque, embouteillage au pressage pénalisant les labels indépendants: poussé par l'attitude des majors compagnies, le disques vinyle sort de son sillon vertueux.
 

Depuis le retour en verve du vinyle il y a cinq ans, c'était un marché de niche porteur, avec une progression de 10,2% et 4,5 millions d'unités vendues en 2020 en France, d'après le Snep (Syndicat national de l'édition phonographique).

Désormais, il y a plusieurs craquements autour des platines. D'abord, "une politique prix qui augmente déraisonnablement" et "met en péril notre marché du disque" comme l'ont consigné dans un communiqué récent le SMA (Syndicat des musiques actuelles) et la Félin (Fédération nationale des labels et distributeurs indépendants).

Pour résumer, la pénurie de matière première -- dommage collatéral de la crise sanitaire qu'on retrouve dans d'autres secteurs industriels -- est répercutée par les majors du disque sur les prix de vente au détail du vinyle (il n'y pas de prix unique, contrairement au livre). Souvent du simple au double.

"Dans des dimensions délirantes", dénonce auprès de l'AFP Christophe Ouali, membre de la direction du Gredin (Groupement des disquaires indépendants). Ce responsable vise principalement Warner et Universal, et dans une moindre mesure Sony dont les hausses s'appliquent sur moins de références d'après ses constats.

"Jeu très malsain"

"Chez certaines majors, les prix sont montés à 30-40 euros, c'est un jeu très malsain", dit aussi à l'AFP Aurélie Hannedouche, du Sma. Sont concernés ce qu'on appelle les fonds de catalogues, soit les disques d'artistes emblématiques.

Christophe Ouali, qui constate des hausses médianes autour de 35%, évoque un "calcul court-termiste criminel". Et d'illustrer: "+Nevermind+ de Nirvana (qui fêtait ses 30 ans cette année) a connu une baisse de 40% des ventes en juin après augmentation, l'album (culte) à la banane du Velvet Underground and Nico, en passant de 20 à 30 balles, a subi moins 80% de ventes".

"Avec les confinements, certains ont remis des disques sur la platine et se sont refaits une discothèque aux déconfinements, dans une frénésie de conso qui tape dans les stocks: quand +Harvest+ (incontournable de Neil Young) reviendra dans les bacs entre 45 et 50 euros, les clients ne vont pas prendre un crédit à la consommation pour l'acheter", tonne-t-il encore.

Il n'y a pas que les disquaires et leurs clients qui ont des sueurs froides. Les artistes aussi. Dominique A, qui fêtera l'an prochain les 30 ans de son premier album "La fossette", s'est opposé sur Facebook à Warner qui voulait "opérer" sur le prix de ses vinyles "d'importantes majorations". Soit "contribuer à faire du disque un objet destiné aux privilégiés".

"On est à bout"

"La deuxième mi-temps du match sera peut-être sifflée en début d'année prochaine avec l'évaluation de l'effondrement des ventes. C'est beaucoup d'épuisement, on est à bout", souffle Christophe Ouali.

La pénurie (de polymère, indispensable au vinyle) provoque aussi un embouteillage dans les usines de pressage. C'est l'autre point qui fâche. Les majors du disque réservent "les chaînes de production, car elles ont de plus gros volumes, sont prioritaires", déplore Aurélie Hannedouche. Ce qui lèse les labels indépendants (1.500 en France, selon Sma et Félin) qui produisent aussi des vinyles.

Or, "la période des fêtes de Noël est très importante pour le marché physique des labels indépendants", poursuit la responsable du SMA. Les genres musicaux qu'ils représentent - comme le rock et la pop - ne peuvent pas se reposer sur le marché numérique, à la différence des musiques urbaines, esthétiques dominantes courtisées par les majors.

Silence radio des majors

Et ceux placés sur liste d'attente doivent désormais absorber des délais de fabrication passés de 8-13 semaines "à 6-9 mois, c'est le temps d'une grossesse !", grogne encore Christophe Ouali, disquaire parisien ("Le silence de la rue").

Même en anticipant, les retards sont là, comme "Mr Maserati", best-of de Baxter Dury, avec une sortie décalée du 3 décembre au 11 février 2022, chez Pias qui manque donc le rendez-vous sous le sapin.

L'AFP a sollicité les antennes françaises des majors. "Pas de communication", fait savoir Universal. Warner et Sony n'ont pas donné suite.

Cyril Caucat, disquaire à Clairvaux et à Nîmes.
Cyril Caucat, disquaire à Clairvaux et à Nîmes. Archives CP

Cyril Caucat : "Les majors veulent rendre le numérique comme format unique de consommation"

Le Ruthénois Cyril Caucat est disquaire à Clairvaux, et gère un magasin de disques à Nîmes dans le Gard. Il est également le patron du label indépendant Arbouse Rds, qui produit des artistes et des albums sur vinyl. Pour lui, la pénurie de matière première pour la fabrication de disques vinyle, le polymère, n'est qu'un argument des majors compagnies. "Pour elles, dit-il, c'est une manière de mettre un terme à un format ou à le rendre très élitiste,et de rendre le numérique comme format unique de consommation".

L'augmentation "complètement folle" du prix d'un 33 tours par exemple touche pour l'instant "les disquaires qui fonctionnent avec des nouveautés ou des rééditions, qu'on vend à des prix exorbitants".

Les boites de production et autres labels indépendants, "qui avaient maintenu la filière vinyle" quand ce type de disque semblait passé de mode, s'en retrouvent selon lui gravement impactés. De plus, "les majors occupent les chaînes de productions à rééditer de vieux standarts, ce qui ne laisse plus de place aux petites structures pour faire des disques".

Si lui vend plutôt des disques d'occasion, Cyril a constaté que cette forte hausse des prix concerne maintenant son secteur, mais il ne peut se résoudre à appliquer cette politique. Pourtant, là aussi,  "ça devient compliqué de trouver de l'occasion".

Concernant son label, "je fais des petits tirages, au compte-goutte, avec des artisans qui travaillent à la main pour fabriquer une cinquantaine d'exmplaires". Mais il craint que là aussi, un jour ou l'autre...

Cyril Caucat sera avec ses vinyles au marché de Noël de Saint-Christophe Vallon, ce dimanche 5 décembre.

 

ETX Daily Up
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?