Tentative d’enlèvement à Luc : tout sauf un acte isolé

  • Plusieurs enquêtes autour d’affaires similaires à celle de Luc ont été ouvertes en France.
    Plusieurs enquêtes autour d’affaires similaires à celle de Luc ont été ouvertes en France.
Publié le , mis à jour

Simple coïncidence ou prémices d’un lien troublant ? En quinze jours, la France, encore sous le choc après la disparition de Maëlys, a connu plusieurs tentatives d’enlèvement d’enfants. Dont celle d’une fillette à Luc-Primaube, le 5 octobre dernier. Quelques jours avant celle-ci, d’autres affaires aux similitudes troublantes ont plongé plusieurs départements en émoi.

Tout a commencé le 16 septembre à Saint-Flour, dans le département voisin du Cantal. Là, une mère de famille dépose une plainte pour tentative d’enlèvement sur son fils, âgé de 15 ans. Alors qu’il jouait au football dans la cour de sa maison, un inconnu, parlant étranger, aurait insisté pour qu’il grimpe dans sa voiture. Depuis, une enquête est ouverte.

Cinq jours plus tard, à Apprieu dans l’Isère, la même scène qu’à Luc-Primaube se produit : un garçonnet, cette fois, rentre à pied de l’école à son domicile lors de la pause de midi. Un automobiliste l’aborde, lui propose de monter dans son véhicule et s’enfuit quand le jeune garçon prend peur. Une plainte est déposée et l’enquête est toujours en cours malgré le peu d’éléments concernant la description du présumé ravisseur.

Le lendemain, une enquête est également ouverte dans la Manche. Aux abords d’un collège de la commune de Saint-Sauveur-Lendelin, des parents d’élèves et l’encadrement de l’établissement alertent la gendarmerie à propos d’un homme circulant à bord d’une camionnette blanche et qui se serait arrêté à proximité du collège avant de proposer à un jeune de monter à bord de son véhicule.

Début octobre, l’alerte est donnée à Saumur dans le Maine-et-Loire. Sur les réseaux sociaux, un message faisant état d’une tentative d’enlèvement tourne en boucle. Le procureur est contacté et confie à nos confrères de Ouest-France qu’une enquête est bel et bien ouverte après le signalement d’un enfant originaire de Louerre.

Mais là encore, aucune information ne filtre sur le profil de l’auteur présumé. Tout comme à Luc-Primaube, le 5 octobre dernier. Toujours sur l’enquête, les gendarmes du département n’avaient ces derniers jours aucune piste crédible. Mais rien ne permettait de raccrocher le présumé ravisseur avec le département.

Un prédateur sillonne-t-il la France ? Ou ne s’agit-il que de malheureuses coïncidences ? « On prend cette affaire très au sérieux, on n’est pas à l’abri d’un nouveau dossier du type Maëlys », nous ont souligné les enquêteurs. En attendant, comme dans les autres départements, la tentative d’enlèvement de Luc-Primaube s’est suivie d’un déferlement de rumeurs sur les réseaux sociaux. Toutes ont été démenties.

Centre Presse / Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?