Michaël Gregorio : « Mon dernier spectacle est une invitation à voyager à travers plusieurs univers »

  • Michaël Gregorio fête ce soir à l’Amphithéâtre de Rodez ses dix ans de scène. Mais, les débuts de l’Alsacien de 33 ans remontent à 2001 avec «Graines de star» sur M6. (DR)
    Michaël Gregorio fête ce soir à l’Amphithéâtre de Rodez ses dix ans de scène. Mais, les débuts de l’Alsacien de 33 ans remontent à 2001 avec «Graines de star» sur M6. (DR)
Publié le , mis à jour

Vous aviez clôturé la saison de l’Amphithéâtre le 11 avril 2014. Vous êtes de retour, aujourd’hui, dans cette même salle à Rodez. Qu’est-ce qui a changé depuis ?

Ca ne change pas, ça évolue ! J’avais présenté « En concertS », qui était mon troisième spectacle, et là, je reviens pour fêter mon anniversaire. Ou plutôt notre anniversaire. Car ce sont les dix bougies de fidélité avec mon équipe, soit une quinzaine de personnes, qui est la même depuis mes débuts sur scène. C’est une seconde famille. On se connaît tellement bien. « J’ai 10 ans ! », c’est la suite des trois premiers spectacles, avec une énergie identique, mais avec davantage de sketches, de la vidéo et des surprises.

On a vraiment le sentiment que cette tournée-anniversaire compte énormément pour vous.

Il y a la symbolique du 10 car je suis né un 10 juin (NDLR, 1984 à Mulhouse). Et puis, une décennie, c’est important dans une vie. Dans une carrière d’artiste aussi. J’avais donc envie d’un spectacle pour « marquer le coup ». C’est celui qui se rapproche le plus de celui que j’avais dans mes rêves. On est loin des premiers sketches que j’écrivais à l’âge de 16-17 ans sur une feuille double Clairefontaine ! Ce spectacle marque une première étape dans mon parcours. Ça résume dix années et ça annonce les dix prochaines...

Que va découvrir le public ruthénois ce soir à l’Amphi ?

Ce spectacle est un formidable terrain de jeu, avec des retours très positifs de la part du public. Ça fait tout drôle de se dire qu’on va bientôt l’arrêter (NDLR, le 14 janvier avec un passage par Bercy le 21 décembre). Chaque soir est une immense fête, ainsi qu’une invitation à travers beaucoup d’univers. Du rap à l’opéra, en passant par la musique classique, le jazz, l’électro ou encore la variété française. Des chansons, des imitations, des sketches, autour de l’enfance. Car, ne l’oublions pas, j’ai 10 ans !

Vous êtes monté, mi-octobre, sur la scène du Bataclan à Paris. Comment avez-vous vécu cet événement ?

(Très ému) On a perdu une copine le soir des attentats. Du coup, j’appréhendais un peu ce spectacle. Dans ma tête, dans mon corps, ce n’était pas évident. On peut même dire que ce n’était pas confortable. Finalement, ça m’a bouleversé. La magie a opéré et je n’ai jamais entendu des rires aussi beaux.

Le DVD de « J’ai 10 ans ! » sort le 14 novembre, vous bouclez la tournée le 14 janvier. Et après ?

Je suis tout le temps en mouvement. J’ai envie de faire plein de choses. En fait, j’aimerais avoir plusieurs vies : pour jouer de divers instruments, pour voyager, pour écrire de la musique, pour m’occuper de ma voix... Après ces dix ans de scène, j’ai le sentiment de traverser une période charnière. J’ai des projets, notamment une pièce musicale avec Christian Siméon, auteur dramatique et sculpteur, et Ladislas Chollat, metteur en scène. Mais, peut-être que je vais plutôt me poser un peu. C’est bien de se mettre en jachère !

Centre Presse / Rui Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?