Hôpital de Rodez : 22 internes et autant de probabilités de rester...

  • La nouvelle promotion.
    La nouvelle promotion.
Publié le
Centre Presse / Olivier Courtil

Sympa le buffet », confie l’un des vingt-deux internes issus de la nouvelle promotion du centre hospitalier. « On a fait des efforts », répond avec le sourire Élise Carrez, responsable de la Commission médicale de l’établissement (CME) en charge des 150 médecins de l’établissement, donc aussi des internes. Depuis quelques années maintenant, le Département fait des efforts dans l’accueil des internes pour faire face à la pénurie de praticiens.

Le centre hospitalier fait donc de même. Et les internes issus de la nouvelle promotion reçus hier pour six mois, en ont eu vent. « L’Aveyron est l’un des deux départements de France qui se mobilise le plus sur le sujet », confie en ce sens Juliette, en provenance de Cahors. « C’est l’opportunité de découvrir la région et nous avons pris part à un week-end adrénaline organisé par le Département pour les internes, c’était génial ! », ajoute Axelle, venue de Nouvelle-Calédonie.

S’il est encore trop tôt pour savoir si Axelle, comme les autres, posera définitivement ses valises en Aveyron, le centre hospitalier chouchoute ses internes et se félicite déjà d’en retenir entre un et deux par an. « C’est très important car cela permet de faire connaître l’établissement et de leur donner envie de revenir. C’est aussi une reconnaissance du travail car c’est la faculté qui octroie tel interne à chaque service », précise Élise Carrez. Maladies infectieuses, médecine vasculaire, cardiologie, gériatrie, réanimation, gynécologie obstétrique et médicale, pédopsychiatrie, imagerie médicale, urgences, pédiatrie, neurologie, oncologie, sont autant de services qui bénéficient de l’apport des internes.

« Tous ont des gardes aux urgences », prévient Pierre Cayrel, chef du service des urgences. Histoire de mettre le pied à l’étrier et de toucher du doigt la réalité. À noter que la nouvelle réforme, depuis le 1er novembre, exige aussi un stage en ville pour les internes. Vincent Prévoteau, le nouveau directeur du centre hospitalier, arrivé voici un mois, est venu saluer les jeunes médecins. Et lui aussi, à l’instar des internes, semble s’être bien acclimaté à Rodez et ravi du centre hospitalier. « La présence des internes est importante pour répondre à la mission d’enseignement, et au rôle fondamental d’organisation des services, car ils intègrent les équipes médicales ».

Et de vanter « le très beau plateau technique pour inciter à rester. Nous disposons d’une très bonne structure ». Un message, comme celui du buffet, qui semble bien passé dans l’esprit des internes. « J’avais envie de découvrir la périphérie, une organisation à la campagne, et c’est sympa. On m’avait aussi vanté Rodez pour la qualité et l’efficacité des urgences », conclut en ce sens Alice, venue de Nantes. Une prétendante à la pérennité de sa profession à Rodez ?

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?