Les surveillants de la maison d’arrêt de Druelle lèvent leur blocage à la maison d’arrêt

  • Les surveillants de la maison d’arrêt de Druelle lèvent leur blocage à la maison d’arrêt
    Les surveillants de la maison d’arrêt de Druelle lèvent leur blocage à la maison d’arrêt
Publié le , mis à jour

Entamé aux premières heures de la journée de lundi, le blocage de la maison d’arrêt de Druelle a pris fin hier à 16 heures, des négociations étant en cours entre la ministre de la Justice Nicole Belloubet et les syndicats de surveillants pénitentiaires. « Ces négociations vont se prolonger demain (aujourd’hui, NDLR), c’est pour cela que nous levons le pied », expliquait hier Estelle Augusto, déléguée syndicale Ufap Unsa Justice.

Une manière de montrer leur bonne volonté, même si les propositions émises hier par la Garde des sceaux n’ont que peu séduit les agents aveyronnais. « C’est trop local, cela ne couvre même pas 10 % de nos besoins », analysait la syndicaliste, Nicole Belloubet ayant fait plusieurs engagements pour la seule prison de Vendin-le-Vieil où a eu lieu l’agression qui a déclenché ce mouvement de protestation national.

« Elle a trouvé les moyens pour installer un téléphone dans chaque cellule des 188 prisons françaises... et pour nous ? », s’interrogeait Estelle Augusto, poursuivant : « En revanche jeudi, s’il n’y a rien de nouveau, on relance le mouvement et on l’accentue ».

Hier, deux nouvelles agressions de surveillants pénitentiaires ont eu lieu hier à Mont-de-Marsan et Tarascon.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?