Musique

Musique : l'accordéoniste Guillaume Fric juge Yvette Horner "immortelle"

  • L'accordéoniste aveyronnais a donné son avis sur Yvette Horner.
    L'accordéoniste aveyronnais a donné son avis sur Yvette Horner. PIXCOR - PIXCOR
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
L'accordéoniste aveyronnais réagit à la mort d'Yvette Horner.

Qu'avez-vous ressenti en apprenant la disparition d'Yvette Horner ce lundi soir ?

C'était un sentiment très particulier. Je n'y croyais pas car j'étais convaincu qu'elle était immortelle. Malheureusement, elle est comme les autres. C'est la vie.

Elle représentait quoi ?

Dès qu'on parlait d'accordéon, elle arrivait toujours dans la conversation. Elle avait une image certes plutôt populaire mais ce n'est pas exagéré de dire que c'était une icône. Il suffit de se rappeler de l'engouement, par exemple, sur le Tour de France.

Avez-vous eu l'occasion de jouer avec elle ?

Non, je n'ai jamais eu cette chance. J'aurais beaucoup aimé. Jouer bien sûr mais peut-être encore plus échanger avec elle. Car elle prodiguait de précieux conseils. Elle était de la même génération que François Acéti (dont j'ai été le dernier élève) qui m'a toujours dit beaucoup de bien d'elle. Son vécu, son expérience, sa longévité...plaident vraiment pour elle.

On entend dire parfois qu'elle était ringarde ?

C'est vrai qu'elle est parfois associée à une image dépassée de l'accordéon, alors que cet instrument a réellement un avenir devant lui. One ne peut pas le nier mais, à la fois, j'ai beaucoup de respect pour Yvette Horner...Elle a permis au piano à bretelles d'avoir son heure de gloire. C'était une très belle époque.

Du coup, comment définiriez-vous sa popularité ?

(Catégorique) C'était une star ! Autant que certains groupes de rock. Elle a réussi à ce que plusieurs générations s'amusent, prennent du plaisir et découvrent l'accordéon. Le bal musette a du bon. C'est une école de la vie. D'ailleurs, c'est sur des airs de guinguette que nous avons clôturé le dernier Trophée mondial d'accordéon, organisé à la Baleine, à Onet-le-Château.

 

Réagir