Concours de plaidoiries : les étudiants de l'IUT Rodez à la barre

  • Les étudiants étaient réunis ,ce matin, pour présenter leur plaidoirie.
    Les étudiants étaient réunis ,ce matin, pour présenter leur plaidoirie. Repro CPR / Repro CPR
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Ce mercredi, se déroulait la première étape du Concours de plaidoiries, à l'IUT de Rodez. Une quarantaine d'étudiants en DUT Carrières juridiques sont passés à la barre devant le jury et huit d'entre-eux ont été sélectionnés pour la prochaine étape du concours.

Ce mercredi matin, trente-neuf étudiants en DUT Carrières juridiques de l'IUT de Rodez ont plaidé devant un jury, dans le cadre de l'annuel Concours de plaidoieries. L'organisation de l'événement était le projet de trois étudiantes de deuxième année : Ines Rkibi, Myriam Cabannes et Zoé Roux. Par groupe de trois, les étudiants avaient sept minutes, montre en main, pour plaider sur le thème choisi par les trois organisatrices : le droit du travail. 

"Nous allons, nous aussi plaider. Toutes les trois dans un groupe différent",  souligne Zoé Roux, co-organisatrice du projet. A 10 heures, dans un des amphithéâtres de l'IUT, vingt-et-un étudiants de première année et dix-huit de deuxième année attendaient leur tour pour passer devant le jury. Les cinq juges, professeurs et professionels juridiques, trônaient sur l'estrade. Pendant quelques minutes, chaque groupe se présente devant l'assemblée d'étudiants et les juges, et procèdent à leur plaidoirie. 

Les avocats de la victime prennent la parole en premier. "Madame la présidente, messieurs les conseillers prud'homaux", l'amphithéâtre se transforme en tribunal. Une fois les deux plaidoiries effectués, l'avocat de la défense conclut la séance par le sien. Les apprentis juristes sont tous partis du même cas litigieux : Mme Cendrillon a été licenciée par faute grave par son employeuse, elle conteste cette décision et accuse son supérieur, M. Prince Charmant, d'harcèlement sexuel. 

De l'amphithéâtre au tribunal

Jusqu'à 12h30, les étudiants-avocats se sont succédés à la barre. Le jury a, en suite, longuement délibéré et a désigné huit d'entre-eux, qui participeront à la prochaine étape du concours : Louise Creux, Inès Rkibi, Louise Monloubou, Agathe Maisonobe, Marine Castelbou, Colombe Dejean, Marine Vaira et Jeanne Leduc. Les huit finalistes iront plaider, le 13 mars prochain, dans un vrai tribunal cette fois : celui de Rodez. Et si leurs arguments convainquent le jury, elles accèderont à la finale nationale, le 7 mai, à la cour d’appel de Bordeaux.

Marie Cazals et Margot Pougenq
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

564 €

LOCATION SANS AUCUN FRAIS D'AGENCE 3 Pièces situé sur le tour de ville à pr[...]

378 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCEPièce principale donnant côté[...]

350 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE- Une entrée, un WC, une cuis[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir