Coronavirus : en Egypte, la quarantaine se poursuit pour une mère aveyronnaise

  • Plusieurs Français ont contracté le Covid-19 sur ce bateau en croisière sur le Nil.
    Plusieurs Français ont contracté le Covid-19 sur ce bateau en croisière sur le Nil. / /
  • " Notre goûter du dimanche : thé et deux carrés de chocolat . Le luxe!!. Mais on doit se ménager car notre repas est passée et on attend demain pour un nouveau ", explique celle qui est toujours confinée.
    " Notre goûter du dimanche : thé et deux carrés de chocolat . Le luxe!!. Mais on doit se ménager car notre repas est passée et on attend demain pour un nouveau ", explique celle qui est toujours confinée. Repro CP / / Repro CP
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Depuis le 7 mars, alors que son époux est rentré en France, cette mère de famille aveyronnaise reste toujours en quarantaine en Egypte dans des conditions "précaires". 

Son époux multiplie les appels auprès du consulat de France en Egypte, de la cellule de crise du Quai d'Orsay, depuis son retour en France, mercredi 11 mars au matin, pour avoir des nouvelles de sa femme confinée au sein du camp militaire de Marsa Matruh, au nord du pays, à 270 kilomètres à l'ouest d'Alexandrie. 

En croisière le Nil, d'Assouan à Louxor, la mise en quarantaine des passagers a démarré vendredi 6 mars : douze membres d'équipage et 33 passagers ont été testés positifs au Covid-19. Dont l'épouse de cet Aveyronnais qui a tenu à conserver l'anonymat. 

" Le consulat de France en Egypte fait un important travail pour que nous puissions avoir des nouvelles de nos familles sur place, poursuit-il. Et puis, ils ont apporté des livres, une carte de téléphone prépayée pour que nous puissions nous appeler. "

" Mais les conditions de vie sur place sont difficiles. Dans sa chambre, une fenêtre était même cassée, les repas n'étaient pas servis au début ou alors une fois par jour, poursuit-il. Les personnes confinées sont régulièrement testées. Mais elles restent au sein du camp jusqu'à la fin de la quarantaine. "

Leur fille témoigne : " Nous avons des retours déplorables des six Français qui sont à Marsa Matrouth, ils ne mangent pas assez et s'affaiblissent. " 

" Nous sommes un peu impuissants face à cette situation, confie l'époux. Nous espérons simplement que les conditions ne se dégradent pas davantage et que les autorités françaises vont tout faire pour accélérer cette sortie de quarantaine. "

 

 

 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir