Aveyron Labo prêt à produire 1 000 tests par semaine

  • Le laboratoire départemental, un « bel outil » pour aider à lutter contre le virus.
    Le laboratoire départemental, un « bel outil » pour aider à lutter contre le virus. Centre Presse / José A. Torres / Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

L’équipement départemental n’attend plus que la validation par l’État de la convention de coopération passée avec le laboratoire privé LxBio.

Comme tant d’autres équipements du même genre à travers le pays, le laboratoire départemental d’analyses vétérinaires et alimentaires va d’ici peu être autorisé à produire des tests de dépistage du Covid-19. Une convention de coopération a été signée dans ce sens en début de semaine entre le conseil départemental et le laboratoire privé LxBio, référent en la matière en Aveyron.

Le président du Département, Jean-François Galliard, et avec lui Vincent Alazard, président du conseil d’administration d’Aveyron Labo, s’était positionné dès le 5 avril, quand le gouvernement avait donné son feu vert aux laboratoires départementaux ; à condition toutefois de disposer des équipements et des personnels nécessaires et d’obtenir un accord avec un laboratoire de biologie médicale privé.

Désormais, pour entrer en action, Aveyron Labo n’attend plus que la validation de la démarche par la préfecture et l’Agence régionale de santé (ARS). "Le laboratoire départemental est un bel outil qui a toute sa place dans la lutte contre le virus", se félicite Jean-François Galliard. Un "bel outil" dont le rôle sera de venir en appui technique des équipes de LxBio, le médical n’étant pas dans les compétences d’Aveyron Labo.

Quoi qu’il en soit, d’un point de vue opérationnel, tout est fin prêt pour que l’équipement départemental puisse produire en moyenne 1 000 tests par semaine en vitesse de croisière.

François Cayla
Voir les commentaires
Réagir