Noyades: prudence pendant la baignade

  • Noyades: prudence pendant la baignade
    Noyades: prudence pendant la baignade
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Que vous soyez au bord de la mer, dans une location avec piscine ou encore près d’un lac, restez vigilant lors de vos activités aquatiques. Toute baignade comporte des risques de noyade, notamment pour les plus petits, mais pas uniquement. La baisse du nombre de noyade en 2020 ne doit pas faire oublier les fondamentaux de la prévention.

A tous les âges, la baignade comporte des risques. Pour prévenir la noyade, prenez les devants et apprenez à nager. En effet, nombre de noyades seraient évitables grâce à cet apprentissage. " Il est donc important d’apprendre à nager aux enfants le plus tôt possible ", recommande Santé publique France. Laquelle rappelle que près d’un Français sur six (16 %) déclare ne pas savoir nager. Et " il n’est jamais trop tard pour apprendre à nager, même à l’âge adulte ".

Même si vous savez nager " tenez compte de votre état de santé, ne vous baignez pas si vous ressentez un trouble physique (fatigue, problèmes de santé, frissons), ne surestimez pas votre condition physique et votre niveau de natation ", conseille l’organisme. De plus, " évitez la consommation d’alcool, rentrez dans l’eau progressivement, surtout après une longue exposition au soleil ".

Tenez compte aussi de l’environnement de baignade, surtout en cours d’eau, plan d’eau et en mer. Informez-vous sur les conditions météorologiques et, de manière générale, respectez les consignes de sécurité et interdictions de baignade.

Autre précaution d’importance : la surveillance permanente des plus petits. " Quel que soit le lieu de baignade, un enfant doit toujours être surveillé de manière permanente et rapproché par un seul adulte responsable, le mieux étant de se baigner avec l’enfant ", poursuit Santé publique France.

Moins de noyades en raison du Covid-19 ?

Le contexte particulier de la pandémie de Covid-19 associé aux restrictions de fréquentation de lieux publics a sans doute participé à faire baisser le nombre de noyades. En effet, " entre le 1er juin et le 04 août, 596 passages aux urgences pour cause de noyade en France ont été enregistrés dans le réseau de surveillance Oscour® ", indique Santé publique France. " Ce nombre est en baisse de 22 % par rapport à la moyenne du nombre des passages en 2018 (811 passages aux urgences pour noyades) et en 2019 (723 passages aux urgences pour noyades) pour la même période. " De même " au mois de juin, ce nombre est en baisse de 27 % et au mois de juillet de 18 % ".

Les raisons ? " Jusqu’au 22 juin, la fermeture des piscines publiques ou privées payantes (municipales, bases de loisirs, parcs d’attractions) et des piscines privées à usage collectif (hôtels, résidences de vacances, camping, clubs de vacances) et les conditions restrictives d’accès de certaines plages ont réduit les baignades et donc le risque de noyades ", note Santé publique France. De plus, " en juillet, la baisse de fréquentation touristique de certaines régions, notamment par les touristes étrangers, a aussi eu un impact sur les baignades ". Enfin, " les conditions climatiques (températures, ensoleillement, pluviométrie) ont été globalement moins favorables au mois de juin et début juillet 2020 par rapport aux mêmes périodes en 2018 et 2019, malgré un épisode de fortes chaleurs fin juin 2020 ".

A noter : Le système Oscour® de recueil de données des passages aux urgences ne comptabilise pas les victimes des noyades les plus graves, avec transfert en réanimation à l’arrivée à l’hôpital et celles décédées sur le lieu de noyade.

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir