Dans l’Hérault, le premier "vaccidrive" de France pris d’assaut

  • Les premiers rendez-vous (avec du Pfizer et du Moderna) ont été pris d’assaut.
    Les premiers rendez-vous (avec du Pfizer et du Moderna) ont été pris d’assaut. Repro CP
Publié le

La clinique Saint-Jean, à Saint-Jean-de-Védas, inaugure en France ce dispositif venu des Etats-Unis.

Ce mardi, à 9 h, sur le parking des urgences de la clinique Saint-Jean, à Saint-Jean-de-Védas, le couple Campos, venu de Mèze, ne s’attendait pas à pareille réception : des fleurs pour madame, un bout du ruban tricolore inaugural coupé quelques minutes plus tôt par les officiels, et une nuée de micros et de caméras.

Sans surprise et conformément au rendez-vous pris, en revanche, Georges Campos, 65 ans, a reçu une dose de Pfizer, assis au volant de sa voiture. L’ostréiculteur de Mèze a subi l’effervescence qui accompagne toutes les “premières” : il a inauguré le premier vaccidrive de France, lancé par la clinique Saint-Jean, un établissement du groupe CapSanté qui compte ainsi vacciner quotidiennement, sept jours sur sept, quelque 70 personnes éligibles à une injection contre le Covid-19, sur rendez-vous.

Laurent Ramon, directeur général du groupe Cap Santé, est allé chercher l’idée aux États-Unis. Elle a été validée par les autorités, Agence régionale de santé et préfecture. Il rappelle que seules les conditions d’administration du vaccin changent : « Il faut prendre rendez-vous, être éligible à la vaccination, répondre aux questions d’un médecin à l’arrivée, patienter après l’injection pour vérifier qu’on n’a pas d’effets secondaires. » Les premiers rendez-vous (avec du Pfizer et du Moderna) ont été pris d’assaut.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?