Seconde main : 33 millions de nouveaux acheteurs en 2020, rien qu'aux Etats-Unis

  • 33 millions de consommateurs ont acheté des vêtements de seconde main pour la première fois en 2020 aux Etats-Unis.
    33 millions de consommateurs ont acheté des vêtements de seconde main pour la première fois en 2020 aux Etats-Unis. tataks / Getty Images
Publié le

(ETX Daily Up) - Pandémie mondiale oblige, les consommateurs n'ont pas pu se rendre en magasins pour étoffer leur garde-robe en 2020. Ce qui ne les a visiblement pas empêchés de se tourner vers la seconde main, un marché qui a clairement le vent en poupe depuis le début de la crise sanitaire. Pas moins de 33 millions de consommateurs ont d'ailleurs acheté des vêtements de seconde main pour la première fois en 2020 aux Etats-Unis, comme le révèle un nouveau rapport. C'est le chiffre du jour.

Malin, éco-responsable, et déjà tourné vers le digital, le marché de la seconde main séduit aux quatre coins du globe. Il permet non seulement de réduire les déchets, en achetant des vêtements existants qu'il n'est donc pas nécessaire de produire, mais offre aussi la possibilité pour les vendeurs de faire des économies. Un modèle de circularité qui pourrait bien exploser dans les années à venir. Actuellement estimé à 36 milliards de dollars en 2021, le marché mondial de l'occasion devrait doubler au cours des cinq prochaines années, pour atteindre 77 milliards de dollars, d'après un rapport réalisé par Thredup* en partenariat avec GlobalData. Le marché de la revente pourrait ainsi croître 11 fois plus vite que le secteur de la vente au détail d'ici 2025.

Une solution écolo-nomique.

Si la seconde main n'est en rien novatrice - les friperies existent depuis des décennies - elle a toutefois considérablement évolué ces dernières années, tant dans la forme (place au digital) que dans le fond (il n'est plus uniquement question d'acheter un vêtement rare ou vintage, mais de se procurer des vêtements moins onéreux et/ou d'agir en faveur de l'environnement). Mais finalement peu importe ce qui pousse les consommateurs à se tourner vers ce nouveau modèle circulaire, force est de constater qu'ils le font en masse. Le rapport nous apprend que quelque 33 millions de consommateurs ont acheté des vêtements de seconde main pour la première fois en 2020 aux Etats-Unis, parmi lesquels plus des trois quarts prévoient d'ores et déjà d'augmenter leurs dépenses en vêtements d'occasion au cours des cinq prochaines années.

Mais les consommateurs ne se contentent pas de remplir leur dressing de vêtements d'occasion, ils se mettent également à faire le tri pour revendre les pièces qu'ils n'utilisent plus. Résultat, le rapport estime à 36,2 millions le nombre de personnes qui ont pour la première fois vendu des vêtements en 2020 aux Etats-Unis, pour un nombre total de vendeurs fixé à 52,6 millions. Un chiffre qui pourrait rapidement grimper à 118,8 millions de vendeurs, selon des projections, puisque 76% des personnes qui n'ont jamais revendu de vêtements se disent prêtes à essayer.

La seconde main, plus puissante que la fast fashion ?

La pandémie a bouleversé les habitudes de shopping et de consommation des populations à travers le monde, qui adoptent progressivement des comportements plus responsables en matière de durabilité. On l'a vu ces derniers mois, cela passe par la seconde main, la location de vêtements, mais aussi de nouvelles matières innovantes et des marques engagées et éthiques. Mais qu'en est-il de la fast fashion ? Certains géants du secteur tentent eux aussi de se réinventer avec des services de recyclage et des collections plus durables, mais rien ne dit que cela leur permettra de ne pas voir certains consommateurs se détourner de cette mode souvent qualifiée de "jetable". D'après le rapport, le marché de la seconde main devrait en tout cas être deux fois plus important que celui de la fast fashion d'ici 2030 (84 milliards contre 40 milliards de dollars).

Mais au-delà de ces estimations, les comportements des consommateurs eux-mêmes pourraient tendre à montrer que la fast fashion n'a plus forcément de beaux jours devant elle. Près de la moitié des milléniaux et de la génération Z aux Etats-Unis disent aujourd'hui refuser d'acheter auprès de marques et de détaillants non durables, et une partie des acheteurs de seconde main déclarent remplacer leurs achats de fast fashion par des vêtements de seconde main.

La tendance ne devrait pas faiblir dans les prochaines années au regard des nouvelles préoccupations des consommateurs. Un sur trois déclare se soucier davantage de porter des vêtements durables qu'avant la pandémie, 43% sont désormais plus préoccupés par la qualité des vêtements, et plus de la moitié se dit plus opposée au gaspillage.

*Le rapport annuel de ThreduP contient des recherches et des données provenant de GlobalData. L'évaluation du marché de l'occasion par GlobalData est déterminée par des enquêtes auprès des consommateurs, le suivi des détaillants, des données publiques officielles, le partage de données, l'observation des magasins et des sources secondaires. Ces données sont utilisées par les analystes pour modéliser et calculer les tailles de marché, les tailles des canaux et les parts de marché. GlobalData a également mené une enquête en mars et avril 2021 auprès de 300 adultes américains de plus de 18 ans, en leur posant des questions spécifiques sur leurs comportements et leurs préférences en matière de seconde main. 

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?