Saint-Affrique : Chloé Soulhol, une tête bien pleine dans un corps bien fait

Abonnés
  • Chloé Soulhol est prête à retenter l’aventure l’année prochaine
    Chloé Soulhol est prête à retenter l’aventure l’année prochaine Midi Libre, DR - Tran Dac-Phat
Publié le

Samedi 31 juillet, la jeune fille a été titrée deuxième dauphine au concours Miss Ronde Occitanie. Une revanche pour la Saint-Affricaine, harcelée à cause de ses formes durant son enfance.
 

Premier concours de beauté et premier podium. Chloé Soulhol, 21 ans, termine deuxième dauphine au concours Miss Ronde Occitanie. Née à Saint-Affrique, résidente à Vabres-l’Abbaye « la pure Aveyronnaise », comme elle se définit, est contente de son parcours. « C’était un rêve de petite fille pour moi de participer à un concours de beauté. Quand j’ai vu l’appel à candidature sur les réseaux sociaux, j’ai sauté sur l’occasion », confie la jeune femme. Compétitrice, Chloé Soulhol avoue, dans un premier temps, être déçue lorsqu’elle apprend son classement au concours. « Au début, j’étais frustrée… mais je suis aussi mauvaise perdante, rigole-t-elle, avant d’ajouter, si Miss râleuse existait, je serais élue directement ! » C’est contre six autres candidates que Chloé a disputé la couronne. « Nous avions réalisé un shooting photos professionnel. Les clichés étaient accessibles en ligne et les gens pouvaient voter. » Le résultat a été dévoilé samedi soir.
Avec le recul, Chloé relativise : c’est un premier titre pour un premier concours, elle en est fière. « C’était une compétition amicale. Nous n’étions pas méchantes entre nous. J’ai même rencontré de belles personnes que je compte revoir », précise-t-elle.

Les standards de la beauté n’auront pas sa peau

Pour cette blonde aux yeux bleus, terminer deuxième dauphine représente finalement une belle revanche sur la vie : « À l’issue d’un traitement que je prenais petite, j’ai pris du poids. À cause de cela, j’ai été victime de harcèlement à l’école. On s’est beaucoup moqué de moi et de mes formes durant mon enfance. Même si j’aime les concours de beauté, cela a été un vrai défi de participer. »
Aujourd’hui Chloé est à l’aise avec son reflet. Elle affiche clairement ses goûts et assume son corps. Mieux, elle souhaite véhiculer un message sur la place des femmes rondes dans la société. « Ce n’est pas parce que tu es ronde que tu n’es pas jolie. Ce n’est pas parce qu’on ne répond pas aux critères standards de beauté que l’on n’a pas sa place dans une société. Chaque personne à ses propres critères relatifs au beau », explique-t-elle distinctement.
À l’heure du tout numérique et des réseaux sociaux, la place accordée à l’image et au regard de l’autre ne ternit pas. Dans les publicités, les magazines, tous prônent le culte du corps parfait qui se doit d’être fin, ferme, musclé ou encore bronzé. Chloé Soulhol va prendre le problème à l’envers en se servant de l’image pour s’assumer : « À l’époque, je souhaitais vraiment m’accepter malgré les moqueries… mais je ne souhaitais pas non plus perdre des kilos ! Ma tante est photographe et nous avons commencé à faire des shootings. Cela m’a beaucoup aidé. J’ai même commencé à me trouver photogénique. »
Les concours de beauté deviennent un peu la thérapie de la jeune femme : « J’adore faire des rencontres, prendre des photos, etc. J’ai toujours aimé le maquillage ou encore les vêtements. Ce que je voudrais dire aux femmes rondes, c’est d’oser. D’oser être soi-même et de ne pas se priver. C’est dommage de rater de belles expériences dans la vie juste à cause de sa morphologie. » Chloé accompagnera Sarah Martins, la gagnante du concours Miss Ronde Occitanie en Normandie, pour la cérémonie nationale, laquelle se déroulera en décembre prochain. « Je vais la soutenir. Nous sommes là pour elle », explique Chloé avant de conclure : « Je suis fière de participer à des concours de beauté et d’être titrée. Je suis prête à me représenter l’année prochaine. »
 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Lucie Cammas
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?