En France, le "Zoom boom" n'a (finalement) pas eu lieu

  • Le "Zoom boom" observé pendant la pandémie n'aurait finalement pas eu lieu en France.
    Le "Zoom boom" observé pendant la pandémie n'aurait finalement pas eu lieu en France. gorodenkoff / Getty Images
Publié le

(ETX Daily Up) - Fatigués de voir leurs cernes, pattes d'oie, et autres rides du lion s'afficher sur l'écran de leur ordinateur pendant les confinements, hommes et femmes se seraient rués dans les cabinets des chirurgiens et médecins esthétiques pour s'offrir une cure de jouvence. Mais le désormais célèbre "Zoom boom" n'aurait finalement pas fait bondir les demandes de consultation, en France en tout cas, comme le révèle à ETX Studio le président de la Société française des chirurgiens esthétiques plasticiens (SOFCEP), le Dr Van Hemelryck.

"Zoom boom" et "Zoom face" sont des termes qui sont apparus en pleine pandémie, mettant en lumière un phénomène lié à la généralisation du télétravail, et davantage encore à la multiplication des visioconférences. A force de visualiser leur visage plusieurs heures par jour sur un écran, nombreux sont celles et ceux qui auraient focalisé sur leurs rides, paupières tombantes, cernes, et autres signes souvent associés au vieillissement cutané, au point de vouloir recourir à la chirurgie. Un phénomène observé aux Etats-Unis dans un premier temps, mais qui a également fait couler beaucoup d'encre en France.

Aux Etats-Unis, les chirurgiens et médecins esthétiques se sont succédé pour évoquer une hausse des consultations et des procédures liée à Zoom pendant la pandémie. Une information confirmée par l'American Society of Plastic Surgeons (ASPS) qui a révélé, fin juin 2020, que 64% de ses médecins avaient observé une augmentation de leurs consultations virtuelles depuis le début de la crise sanitaire; les produits injectables étant alors les traitements les plus demandés. Notons toutefois que phénomène n'était plus aussi perceptible lors de la dernière étude de l'ASPS, publiée courant 2021.

Pas de boom des actes liés à Zoom en France

Dans l'Hexagone, le Zoom boom a également été évoqué à plusieurs reprises pendant la pandémie, par les chirurgiens notamment, mais, chiffres à l'appui, ces derniers affirment aujourd'hui qu'il n'a pas eu lieu. "Juste après le déconfinement, nous avions observé une augmentation importante des consultations, de l'ordre de 15%, mais une étude menée par la Société française des chirurgiens esthétiques plasticiens (SOFCEP), la société de chirurgie réparatrice (CPRE), et par notre Syndicat, a montré que, paradoxalement, toutes régions confondues, il y avait eu une baisse de 25% des actes de chirurgie esthétique et une légère augmentation des actes de médecine esthétique sur l'ensemble de l'année 2020", explique le Dr Van Hemelryck.

Le subjectif semble l'avoir emporté sur l'objectif. En cause ? Le report des actes qui n'ont pas pu être réalisés lorsque les instituts et cabinets des chirurgiens et médecins esthétiques étaient fermés. "Il y a vraisemblablement eu un phénomène de rattrapage qui nous a abusés. Les patientes habituées à avoir du Botox tous les six mois n'ont pas pu venir pendant le confinement, et sont donc toutes venues en même temps dès lors que c'est devenu possible. Les interventions qui étaient prévues n'ont été que décalées finalement".

Si certains complexes sont nés de la généralisation du télétravail et de la multiplication des visioconférences, il semblerait donc que l'effet Zoom soit resté très marginal en France. "Il n'y a pas eu de nouvelles patientes en masse, juste comme il peut y en avoir les autres années. Je ne suis pas du tout convaincu que le 'zoom face envy' observé aux Etats-Unis ait eu les mêmes répercussions chez nous. Les chirurgiens ont donné leurs chiffres très précisément, et globalement sur l'année on voit bien qu'il y a une baisse objective", conclut le chirurgien plasticien qui officie aux Sables-d'Olonne.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?