Tri des déchets : les Aveyronnais bons élèves mais peuvent mieux faire

Abonnés
  • "Un Aveyronnais, en moyenne, jetait 232 kilos de déchets via les sacs noirs en 2019, dont 60 kilos de déchets résiduels et donc qui n'ont rien à faire là".
    "Un Aveyronnais, en moyenne, jetait 232 kilos de déchets via les sacs noirs en 2019, dont 60 kilos de déchets résiduels et donc qui n'ont rien à faire là". Centre Presse Aveyron - José A. Torres
Publié le , mis à jour

En l'espace d'un an, les Aveyronnais ont bien plus trié leurs déchets, mais d'importants progrès restent à faire.

Le constat est simple : "on ne peut plus continuer à enfouir", insiste Florence Cayla, présidente du Sydom. Le syndicat des ordures ménagères a décidé de lancer une seconde campagne de sensibilisation pour engager l'ensemble de la population dans les bons réflexes de tri sélectif. "Un Aveyronnais, en moyenne, jetait 232 kilos de déchets via les sacs noirs en 2019, dont 60 kilos de déchets résiduels et donc qui n'ont rien à faire là".

Le Sydom tire un bilan positif, un an après la première campagne de sensibilisation au tri en Aveyron.
Le Sydom tire un bilan positif, un an après la première campagne de sensibilisation au tri en Aveyron. Centre Presse Aveyron - N.D.

Mais ce chiffre a baissé. Depuis la première campagne de sensibilisation, le poids moyen du contenu des poubelles noires par habitant est passé à 208,8 kilos, soit une baisse de 6,6 %. Et à l'inverse, le poids moyen des sacs jaune a augmenté de 7 %, ce qui "est très encourageant, nos résultats sont bons", se réjouit Sandrine Hoarau, directrice du Sydom. Les Aveyronnais prennent peu à peu le réflexe de trier leurs déchets, "comparé à d'autres territoires qui ne progressent pas aussi vite".

Des visites du centre de tri en 2023

Cela fait maintenant un an que le centre de tri de Millau "a été refait complètement", ce qui participe grandement à l'effort de tri du département. "Sans pouvoir les citer, il y a d'autres territoires qui viennent chez nous pour utiliser nos équipements". Une structure plus que précieuse sachant que depuis 2021, les collectivités ont l'obligation d'appliquer l'ECT, l'extension des consignes de tri, et que tous les territoires n'ont pas encore fait cette transition.

Maintenant que le centre de tri est en place et se révèle fonctionnel, il sera possible dès mai 2023 de le découvrir via la mise en place d'un parcours pédagogique, aussi bien pour les scolaires, les entreprises ou les groupes de particuliers. "Les visiteurs auront une vue sur les cabines de tri et les machines pour voir comment ça se passe". Des espaces de jeux vont aussi voir le jour pour rendre la visite la plus ludique possible. Le parcours pédagogique sera gratuit.

Les bons gestes bientôt dans la boîte aux lettres

Pour ceux qui ne pourraient pas se déplacer jusqu'à Millau, c'est la campagne de sensibilisation qui va venir à eux. À partir du 28 novembre, des affichettes et le magazine du Sydom vont arriver dans les boîtes aux lettres de tous les Aveyronnais. Des petits jeux s'y cacheront pour se rappeler des bons gestes à adopter et pour répondre aux questions courantes : que deviennent les déchets, rappeler les différences entre un objet et son emballage au moment de choisir la bonne poubelle...

Mais aussi pour rappeler ce qu'il ne faut surtout pas commettre comme erreur. "On retrouve encore des batteries en lithium au centre de tri, dans des téléphones ou des cigarettes électroniques. C'est un vrai danger, ces objets sont susceptibles d'exploser ou de provoquer un incendie lors de leur passage dans la halle de stockage. C'est pour cette raison que le dispositif de protection incendie du centre de tri a coûté plus d'un million d'euros, au cas où", prévient Sandrine Hoarau. Mieux vaut éviter, pour les mêmes raisons, les bombes aérosols et les bonbonnes de gaz. "Eh oui, même ça, on en a trouvé".

Le camion Tri-Tour va continuer de tourner gratuitement

Car il "existe encore des disparités selon les territoires", le camion du Tri-Tour va continuer de voguer sur les routes aveyronnaises et de s'arrêter dans un maximum de villages pour des ateliers ludiques de tri sélectif, gratuitement.

Cette année, sur les 240 animations organisées par le Sydom, 110 étaient accompagnées du camion. "Jusqu'à fin février 2023, le carnet de rendez-vous est complet ! Le camion est très demandé par les écoles et les collectivités", se réjouit Françoise Taoubi, vice-présidente du Sydom. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?