Hausse des prix de l’énergie : comment sera appliqué le bouclier tarifaire prolongé jusqu'en 2023 ?

  • Reconduit pour 2023, le gouvernement change toutefois un peu les modalités du bouclier tarifaire.
    Reconduit pour 2023, le gouvernement change toutefois un peu les modalités du bouclier tarifaire. Archives Centre Presse Aveyron
Publié le

Tout comme ses voisins européens, la France est frappée de plein fouet par la hausse des coûts de l’énergie. Afin de pallier cette augmentation des prix du gaz et de l’électricité, un bouclier tarifaire a été mis en place. L’intervention du gouvernement a donc permis de contenir ces hausses. D'abord prolongé jusqu'en juin 2022, le gouvernement a annoncé que le bouclier tarifaire sera prolongé en 2023. 
 

Comment sera reconduit le bouclier en 2023 ?

Il s’agit d’une mesure mise en place par le gouvernement et destinée à geler la hausse des prix énergétiques. Le bouclier tarifaire avait initialement été mis en place jusqu’en juin 2022. Mais le gouvernement a fait savoir sa volonté de le prolonger. Il est reconduit pour 2023. 

Le gouvernement en change toutefois un peu les modalités. Comme l'a expliqué Elisabeth Borne dans sa conférence de presse le 14 septembre dernier, le nouveau bouclier tarifaire viendra limiter la hausse des prix de l'énergie "à 15% pour le gaz en janvier 2023 et 15% pour l'électricité en février" au lieu des 120% d'augmentation prévus.

Pour rappel, en 2022, la hausse des tarifs d’électricité pour les particuliers avait été bloquée par le gouvernement à 4 %, et les tarifs du gaz gelés au niveau d’octobre 2021.

Dans le même temps, la Première Ministre, a annoncé la mise en place d'un chèque énergie exceptionnel d'un montant de 100 € à 200 € pour 12 millions de foyers. Il sera distribué à l'hiver 2022.

Pour quelles économies concrètes ?

Selon la première ministre, "ces augmentations vont conduire à une hausse moyenne des factures de l’ordre de 25 € par mois pour les ménages qui se chauffent au gaz, au lieu d’environ 200 € par mois sans bouclier tarifaire ; et à une augmentation moyenne de l’ordre de 20 € par mois pour les ménages qui se chauffent à l’électricité, au lieu de 180 € par mois, sans bouclier tarifaire".

Tous les logements sont-ils concernés par le bouclier tarifaire? 

Désormais, tous les types de logements sont concernés par le bouclier tarifaire. Cela n’était pas le cas au début de la mise en place de cette mesure. Le Premier Ministre, Jean Castex, avait dans un premier temps mis en place ce bouclier tarifaire pour 11 millions d’abonnés individuels. En étaient donc exclus les ménages dont le système de chauffage était collectif, comme les copropriétaires ou locataires de logements HLM par exemple.

Le 16 février 2022, Jean Castex a annoncé que "tous les ménages [pourraient] bénéficier du bouclier tarifaire sur le gaz, avec l’extension du dispositif de compensation des fournisseurs introduit dans la loi de finances pour 2022".

Le bouclier tarifaire a-t-il été étendu aux copropriétés ?

En plus d’être prolongé, le bouclier tarifaire a été étendu. C’est ce qu’a annoncé Jean Castex dans une allocution du 16 mars 2022. Le gouvernement a mis en place d'autres actions. En 2022, il a bloqué les prix du gaz naturel ; limité la hausse des tarifs d’électricité ; distribué un chèque énergie exceptionnel de 100 € pour aider les ménages qui bénéficient du dispositif d’aide ; distribué une indemnité inflation de 100€ à 38 millions de foyers ; revalorisé l’indemnité kilométrique.

Combien cela va coûter à l’État ?

Le coût de ce nouveau bouclier tarifaire est de seize milliards d’euros nets pour les finances publiques (onze milliards pour le gaz et cinq milliards pour l’électricité) en 2023.

Hervé Garric
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?