RN88

RN88 entre Rodez et Sévérac : la cruelle désillusion pour les Aveyronnais

  • Le doublement de l’axe Rodez - Sévérac est bien mal engagé...
    Le doublement de l’axe Rodez - Sévérac est bien mal engagé... Archives CP - Archives CP
Publié le / Modifié le S'abonner

La réunion du comité exécutif appelé à préparer le contrat de plan État-Région 2014-2020, qui avait lieu hier à Toulouse, a été l’occasion d’une cruelle désillusion pour les Aveyronnais. 

La réunion du comité exécutif appelé à préparer le contrat de plan État-Région 2014-2020, qui avait lieu hier à Toulouse, a été l’occasion d’une cruelle désillusion pour les Aveyronnais. Jean-Claude Luche, le président du conseil général, venu défendre notamment l’inscription de l’aménagement de la RN88 à 2x2 voies entre Rodez et Sévérac a même qualifié les informations données par l’État de "préoccupantes": "La RN88 est à ce jour totalement absente du contrat de plan, à l’exception d’un petit crédit sur la rocade de Rodez." Il pouvait en effet difficilement en être autrement alors que l’État a fixé une enveloppe de 350 M€ pour l’ensemble de Midi-Pyrénées sur la période en question.

La RN88 "sacrifiée"

Pire, 75% de cette somme est d’ores et déjà amputée par des reports d’opération en cours. Il reste donc 67 M€ sur la table: c’est bien peu. La section Rodez - Laissac, que le préfet de région avait pourtant souhaité voir inscrite au PDMI (Programme de modernisation des itinéraires routiers) est même passée à la trappe de ce contrat de plan.

"La RN88 est à ce jour sacrifiée. Or son aménagement jusqu’à l’A75 constitue un enjeu considérable pour l’Aveyron mais aussi pour Midi-Pyrénées. C’est une urgence qui ne peut plus attendre. Je demande donc que cet itinéraire soit traité avec un financement spécifique s’il n’y a pas d’évolution favorable du contrat de plan."

Pas de rocade avant 2020

En ce qui concerne la rocade de Rodez, si elle donc inscrite, ce n’est jamais que pour les études et les acquisitions foncières, pour 8 M€. "Mais l’État ne prévoit de financer que 40% de ce coût, soit 4,8 M€ qui resterait à la charge des collectivités locales. Ce qui signifie par ailleurs un début de chantier pas avant 2020", s’emporte Jean-Claude Luche. Rappelons que le conseil général de l’Aveyron s’était dit prêt à participer au financement de la rocade de Rodez sur la même base que ce qui a été fait à Albi, soit à hauteur de...11%. On est loin du compte.

Sur le même sujet
Réagir