Emploi. Plus de 1000 postes à pourvoir en Aveyron

  • Pour le président du conseil départemental, Jean-Claude Luche, il s’agit d’attirer de nouveaux actifs afin d’atteindre le plus rapidement possible le cap symbolique des 300 000 habitants.
    Pour le président du conseil départemental, Jean-Claude Luche, il s’agit d’attirer de nouveaux actifs afin d’atteindre le plus rapidement possible le cap symbolique des 300 000 habitants. JAT / JAT
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Le conseil départemental lance une campagne de communication à l’échelle de l’Occitanie, ciblée sur les possibilités d’embauches offertes par les entreprises aveyronnaises. Avec plus d’un millier d’emplois à pourvoir dans divers domaines.

La majorité départementale de Jean-Claude Luche s’est fixée entre autres objectifs d’atteindre le plus rapidement possible le cap symbolique des 300 000 habitants. Un objectif majeur et ambitieux quand on sait que l’Aveyron doit faire face à un solde naturel négatif (le nombre de décès est supérieur au nombre de naissances) en attirant de nouvelles populations extérieures au département, notamment des actifs.

Pour Jean-Claude Luche, il convient donc d’améliorer encore et toujours l’attractivité départementale. Ce qui passe par les animations, les infrastructures et le développement économique. «Quand je parcours le département, que je rencontre des élus, des chefs d’entreprises, certains me disent qu’ils ont des difficultés pour recruter des salariés dont le profil n’existe pas forcément dans le département», observe le parlementaire.

Partant de ce constat et des succès déjà enregistrés précédemment, grâce notamment au travail de la cellule «Vivre et travailler en Aveyron», l’agence départementale de développement économique, Aveyron Expansion, a décidé de lancer une nouvelle campagne de communication, ciblée sur les possibilités d’embauches offertes par les entreprises aveyronnaises (avec plus de 1000 emplois à pourvoir), et étendue à l’ensemble de la région Occitanie. Une région qui, faut-il le rappeler, connaît l’un des plus forts taux de chômage de France (12,4% au troisième trimestre 2015, à comparer au 7,4% de l’Aveyron).

Le bien-vivre aveyronnais

«La première difficulté qu’on a, c’est de faire venir les gens. Après, souvent, ils ont envie de rester», commente le premier élu départemental, citant quelques exemples de hauts fonctionnaires qui hésitaient à accepter un poste en Aveyron et qui ont finalement décidé d’y prendre leur retraite. Ce sera d’ailleurs l’un des slogans forts de cette campagne baptisée L’Aveyron recrute : «L’Aveyron, on vient pour y travailler, on reste pour y vivre.» Jean-Claude Luche en est persuadé, et il n’est pas le seul à le penser: «Un département comme le nôtre est appelé à se développer.»

Un développement qui devrait notamment bénéficier du bien-vivreaveyronnais. Encore faut-il que l’Aveyron ne soit pas uniquement perçue comme une destination touristique et de loisirs, mais aussi et avant tout comme un territoire dynamique sur le plan économique. À ce jour, un millier d’emplois à pourvoir ont été recensés par les services d’Aveyron Expansion, lesquels en profitent pour lancer un nouvel appel à toutes les entreprises et autres organismes aveyronnais qui cherchent à recruter. «L’emploi attire l’emploi», insiste Jean-Claude Luche, fermement décidé à conforter le renouveau démographique aveyronnais amorcé depuis une dizaine d’années.

Joël Born
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir