Le chantier du mausolée reprendra en 2017

  • Même si l’échafaudage ne menace pas ruine, le chantier, même arrêté,reste toutefois interdit au public.
    Même si l’échafaudage ne menace pas ruine, le chantier, même arrêté,reste toutefois interdit au public. PB
Publié le , mis à jour

Pour des raisons « administratives »,les travaux programmés dans la 2e tranche n’ont pu être réalisés.Ils sont reportés en 2017, décalant ainsi le chantier d’un an.

Des propos « alarmistes », parus il y a quelques jours de cela sur les réseaux sociaux rapportaient que l’échafaudage en place, au cimetière de Miramont autour du mausolée Cabrol, menaçait ruine et présentait un danger pour le visiteur. Or, après s’être rendu sur place, on constate qu’il n’en est rien. L’échafaudage en question est un ouvrage sérieux, sa structure est solidement ancrée dans le mausolée et, excepté les bâches de protection qui volent au vent, et deux ou trois madriers en travers, rien ne semble à même de menacer qui que ce soit. Pas de quoi épiloguer sur cet aspect. En revanche, le post en question pose la question de savoir pourquoi les travaux de la seconde tranche, qui concernait l’achèvement des travaux de réhabilitation de la chapelle n’ont pas été réalisés.

Cette seconde tranche avait été budgétée pour un montant de 68 640 € (TTC), et approuvé en réunion publique du conseil municipal le 8 mars dernier. Les quatre financeurs que sont l’État, la Drac, le département et la région étant tous sollicités à hauteur de 11 440 €, le solde étant apporté par le fonds de compensation de la TVA et par des financements propres.

« Effectivement, les travaux programmés cette année n’ont pu être réalisés, confirme Alain Alonso, le premier adjoint. Des demandes de subventions ont un peu tardé et diverses raisons administratives se sont greffées dessus. Quoi qu’il en soit, ce qui n’a pu être fait cette année, le sera l’an prochain. Ça ne fera que décaler cette tranche, puis en suivant les deux autres qui étaient d’ores et déjà prévues. En outre, je tiens à indiquer qu’une cinquième tranche sera ajoutée en suivant. Elle sera consacrée à l’environnement direct du mausolée, sa végétalisation, notamment les arbres alentours, dont certains sont de grande taille et pourraient menacer le bâtiment et les travaux de rénovation fraîchement engagés. On en profitera pour se pencher sur les tombes qui sont à l’intérieur même de la concession ».

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?