A Onet, la majorité valide un budget de 18 M€ pour 2017

  • Le budget de la ville pour 2017 n’a pas été approuvé par l’opposition... Sans surprise.
    Le budget de la ville pour 2017 n’a pas été approuvé par l’opposition... Sans surprise.
Publié le
Centre Presse / Salima Ouirni

Les élus castonétois se sont penchés hier sur le vote du budget de la ville. D’un montant global de 18 millions d’euros (dont 12,5M€ de fonctionnement et 5,5M€ d’investissements), le budget ficelé par la majorité n’a pas eu les faveurs de l’opposition. Ils ont voté contre (mis à part Bruno Gare qui l’a approuvé). La majorité municipale, par la voix de Christian Mazuc (deuxième adjoint), n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour expliquer combien ce « budget 2017 est ambitieux, cohérent et réaliste ». Après une présentation dans le détail, l’élu a demandé à l’assemblée de constater que « la majorité municipale, en dépit des 6,5 M€ de réduction des dotations de l’État sur ce mandat, est parvenue à préserver et accentuer son effort financier en faveur du secteur associatif et social ».

L’opposition, qui justement pointe du doigt la majorité municipale dans sa manière de gérer le volet social et celui de la sécurité « au détriment de celui de la culture », s’est engouffrée dans la brèche. « La sécurité fait partie des axes forts de votre politique. Elle s’est traduite par la mise en place de moyens conséquents. Vous avez créé un emploi de chargé de mission affecté spécialement à la politique de la sécurité, vous avez nommé un conseiller municipal en charge de la question de sécurité, vous avez doublé les effectifs de police et d’ASVP, passant de 4 à 10, vous avez investi dans des caméras de vidéosurveillance pour 440 000 €. Force est de constater que les moyens déployés ne semblent pas porter leurs fruits », a dénoncé Maryline Crouzet.

Une intervention qui n’a pas laissé le maire, Jean-Philippe Keroslian, de marbre. « Alors là, vous m’émerveillez ! », a-t-il lancé avant d’expliquer longuement « la cohérence du budget ». « D’abord les caméras ne sont pas en place. Il faut donner du temps au temps. Les charges du personnel augmentent certes, et sont dues à une démarche politique que nous assumons. Elles concernent les seniors, l’espace parents-enfants, etc. Les investissements dans le secteur associatif et social sont réels. Nous allons investir 5,5M€ pour la maison des associations, le bar associatif, les quatre mini-bus. Nous allons accompagner la Maison de la santé, la démolition de l’ancienne école du stade et des travaux sur la voirie... au total, nous avons un programme d’investissement important. On est partout et nous faisons les choses tous azimuts », a égrené le premier magistrat, nullement mis en difficulté.

Jean-Luc Paulat a tout de même rappelé que les travaux sur les routes départementales sont portés par le conseil départemental. Ce à quoi, Jean-Philippe Abinal, conseiller municipal et départemental a répondu : « Nous travaillons aussi avec l’État pour sécuriser ces ronds-points (Fontange/Saint-Viateur et Costes-Rouges, NDLR) et nous sommes tous d’accord pour faire ce qui n’a pas été fait pendant des décennies ». Fermez le ban. Du moins pour cette question. Car par ailleurs, les élus se sont ensuite penchés sur les votes des budgets annexes. Ils concernent celui La Baleine, celui de la restauration, du lotissement Cantagrelh et celui du réseau de chaleur. D’autres questions ont fait l’objet de vote et de discussion comme le déplacement du stade d’honneur de Georges-Vignes, le désherbage à la médiathèque ou encore une motion pour le sauvetage du train de nuit Rodez-Paris.

La Baleine fait encore des remous

« La Baleine n’a pas échoué mais prend l’eau », c’est ainsi que Jean-Luc Paulat, élu de l’opposition a montré son inquiétude vis-à-vis de la salle de spectacle. Maryline Crouzet a redit que « la Baleine est sous-utilisée et la programmation de spectacles a diminué de plus de la moitié ». L’an dernier, l’idée d’une scène conventionnée avait été avancée par le préfet, Rodez Agglo, ainsi que les acteurs du spectacle vivant pour venir en aide au sauvetage de la Baleine. Ce projet est aujourd’hui au point mort. Le maire d’Onet a, pour sa part, expliqué que dans ce dossier, il « n’est pas assez écouté. Si on reste sur une répartition défavorable on n’a pas intérêt à y aller. Cétacé ! », s’est-il exclamé, avec une note d’humour.

Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

895000 €

Secteur prisé aux portes de Rodez - Venez découvrir cette maison de plus de[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?