Villefranchois

Avec Marco et Bruno, l’humour portugais va droit au but à La Fouillade

  •  Avec Marco et Bruno, l’humour portugais va droit au but à La Fouillade
    Avec Marco et Bruno, l’humour portugais va droit au but à La Fouillade
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Tou mets de l’houmour, dou la joie, dou la gonzesse, dou la sincérité et un peu de la Sagrès dans la bétonnière, et ça dounne notre spectacle ». C’est ainsi que Marco et Bruno parlent en chœur de leur bébé. En franco-portugais dans le texte... L’accent en prime ! Baptisé Vrai, ils le présenteront samedi 1er avril, à 20 h 30, sur la scène de la salle omnisports de La Fouillade. Mais la soirée débutera par un apéro-tapas portugais servi dès 19 heures. Répondant à l’invitation du club de football de Bas Rouergue, et notamment à Anne-Sophie Frazao (cheville ouvrière de la section féminine et membre du comité directeur) qui est à l’origine de cette manifestation, les deux frangins originaires de Figeac souffleront la première bougie de leur « success story locale ».

Ils ont joué en effet pour la première fois leur spectacle humoristique fin mars 2016 chez eux, dans la sous-préfecture du Lot. « Nous sommes surpris de ce succès populaire, reconnaissent les deux Lusitaniens. Au départ, c’était une idée folle. Cette aventure a commencé il y a très longtemps, nous ne savons plus vraiment quand, mais nous espérons qu’elle n’est pas prête de s’arrêter... ». Elle se poursuivra en tout cas ce samedi à la salle omnisports de La Fouillade. Certes un 1er avrilmais pour de vrai. Parole de frères portugais ! Marco est seul à l’origine de l’écriture du spectacle. Dès son enfance, il prend du plaisir à se mettre en scène, avec son frère Bruno, devant famille et amis. L’envie de faire rire, mais aussi de créer leurs propres sketches, les poussent à réaliser, pendant les vacances d’été avec leurs cousins, deux films d’un format court en 1998 et 1999, avec les moyens du bord. Une première aventure.

De ces sketches, souvent décousus, improvisés, saisis dans l’instant, naissent une certaine sensibilité et beaucoup d’idées, que le public retrouve aujourd’hui dans le spectacle. Le déclic a été le décès de leur père en 2000. Un tournant dans leur vie, ils ont alors respectivement 16 et 12 ans, c’est la fin de l’insouciance. Tout peut s’arrêter du jour au lendemain. Marco et Bruno ont beau avoir partagé la même chambre pendant des années, ils n’ont pas toujours le même point de vue. Mais dès qu’il s’agit de rigoler, ils deviennent les meilleurs complices du monde. Ce spectacle Vrai, projet ambitieux, touchant et drôle, plonge les spectateurs dans l’intimité des deux frères.

Centre Presse / Rui Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir