En quad, le Larzac sauvage est à portée de roues

  • En quad, le Larzac sauvage est à portée de roues
    En quad, le Larzac sauvage est à portée de roues
Publié le
Centre Presse

Asix ans, Jean-Paul Cot fait une double rencontre qui va changer sa vie : le quad et le sentiment de liberté qu’offre ce genre de véhicule. Tombé amoureux des sports mécaniques, il réalise depuis mai son rêve de toujours. Avoir sa propre agence de location de ces véhicules tout-terrain.

Mais ici, le quad ne se suffit pas à lui-même, il n’est qu’un moyen de transport. La réelle attraction, c’est le Larzac, ses plateaux arides, les chaos rocheux qui le bordent et sa nature sauvage et omniprésente.

Le gérant explique : « Le Larzac est immense et difficile d’accès pour les non-sportifs. Le quad permet à n’importe qui de s’y rendre et d’explorer ces terres magnifiques, quel que soit son temps ou sa condition sportive. »

Il faut dire que l’engin se prête parfaitement aux pistes sauvages du Larzac, suffisamment cabossées pour ne pas s’y risquer avec un engin plus léger.

Mais avant de partir en balade, il faut d’abord apprendre à dompter le monstre. Deux tours de piste suffisent à Jean-Paul Cot pour repérer les difficultés de chacun. Le début du parcours, sur une large route goudronnée, permet de fignoler les détails et de mieux s’approprier la conduite du véhicule, afin d’être fin prêt pour les pistes sinueuses.

La balade se veut touristique et non sportive. Même une fois le véhicule maîtrisé, l’accélérateur reste calme. L’engin reste en première, et la vitesse oscille entre 30 et 40 km/heure. De quoi éviter le danger et mieux profiter de la vue. Les quads roulent en file indienne, avec Jean-Paul Cot en tête de convoi, qui dicte le chemin à suivre. Le gérant s’arrête régulièrement pour montrer une fleur rare, un chaos rocheux, des rapaces ou d’autres spécificités de la région. Dans les balades de trois heures, une halte est même organisée pour déguster des produits du terroir.

Pour Sonia, qui vit sa première balade, le concept est une réussite. « Le véhicule en lui-même ne m’intéressait pas spécialement, mais pouvoir rouler dans une nature si féroce, c’est extraordinaire. »

Convaincre les sceptiques de pratiquer le quad est l’une des missions que s’est fixées Jean-Paul Cot. Il tentera dans les prochains mois de passer un diplôme d’initiateur afin de pouvoir former les plus jeunes au pilotage. De quoi permettre de transmettre toujours plus sa passion d’enfant.

(Article : Jean-Loup Delmas/Midi Libre Millau)

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?