Santé

Couches pour bébés : les autorités sanitaires alertent sur la présence de substances chimiques

  • Couches pour bébés : les autorités sanitaires alertent sur la présence de substances chimiques
    Couches pour bébés : les autorités sanitaires alertent sur la présence de substances chimiques
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Dans une évaluation publiée ce jour, l’Anses alerte sur des « dépassements de seuils sanitaires pour plusieurs substances chimiques » présentes dans les couches pour bébés. L’agence appelle à éliminer ou à réduire au maximum leur présence dans les couches jetables.

La majorité des bébés en France porte des couches à usage unique. Au cours des 3 premières années de leur vie, ces petits portent en moyenne 4 000 changes. Une statistique suffisamment parlante pour pousser l’Agence nationale de Sécurité sanitaire (Anses) à réaliser une évaluation des substances chimiques présentes dans ces couches, et leur éventuel impact sur la santé des enfants.

Des seuils sanitaires dépassés

En analysant plusieurs références de couches représentatives du marché français entre 2016 et 2018, l’Anses a mis en évidence « la présence de différentes substances chimiques dangereuses qui peuvent notamment migrer dans l’urine et entrer en contact prolongé avec la peau des bébés. » L’Agence ajoute que « certaines de ces substances sont ajoutées intentionnellement, telles que des substances parfumantes qui peuvent entraîner des allergies cutanées. » Tout aussi alarmant, pour plusieurs d’entre elles (comme des hydrocarbures aromatiques polycycliques), les seuils sanitaires sont « dépassés ».

L’Anses appelle naturellement les industriels à « supprimer l’utilisation de toutes substances parfumantes, en priorité celles susceptibles de présenter des effets sensibilisants cutanés. » Elle insiste en outre sur la nécessité « de mesures réglementaires plus restrictives tant au niveau national qu’au niveau européen ».

A noter: Le gouvernement a réagi dès la publication de ce rapport. Les ministères en charge de la Santé et de l’Ecologie ont ainsi exigé « des fabricants et des distributeurs qu’ils prennent avant 15 jours des engagements pour éliminer ces substances des couches pour bébé. »

Réagir