Solidarité

Aveyron : les Restos du cœur entre deux campagnes

  • Pour la collecte, les 349 bénévoles étaient  sur le pont, renforcés par 138 bénévoles d’un jour.
    Pour la collecte, les 349 bénévoles étaient sur le pont, renforcés par 138 bénévoles d’un jour. CPA -
Publié le / Modifié le S'abonner

Celle d’hiver achevée, place désormais à la campagne d’été pour les Restos du cœur qui viennent par ailleurs d’organiser une collecte nationale marquée du sceau de la générosité.

Depuis le 18 mars et jusqu’à la mi-novembre, les Restos du cœur vivront, dans l’Aveyronnais comme ailleurs, au rythme de la campagne d’été à l’issue d’une campagne d’hiver au cours de laquelle 167 327 repas ont été servis, 456 colis de dépannage distribués ainsi que 613 dotations pour bébés. "Ces volumes ont augmenté de 1 %, regrette Sébastien Viguier, le président départemental. On reste malgré tout dans une progression".

Au cours de cette même campagne, longue de 16 semaines, 2 652 personnes ont été servies (dont 99 enfants de moins de 18 mois), soit 1 094 familles.

Campagne d’été : 739 familles "attendues"

Pour la campagne d’été qui vient de démarrer, 456 familles sont déjà inscrites (soit 1 088 personnes), les responsables locaux des Restos tablant sur un total de 739 familles.

Pour continuer à mener à bien leurs missions, les bénévoles des Restos compteront comme toujours sur la ramasse dans les grandes surfaces (60 tonnes collectées au long de la campagne d’hiver) ou les livraisons de l’association nationale. Autre apport incontournable : la collecte nationale qui a eu lieu les 8, 9 et 10 mars.

Collecte nationale : les dons en hausse de 17 %

Une collecte à marquer d’une pierre blanche puisque le volume des dons affiche dans l’Aveyron une hausse de 17 % par rapport à l’an passé pour un total de 47 tonnes collectées. Si la distribution des repas se poursuit à cette cadence, les denrées permettront aux Restos de fournir cinq semaines de repas. Pour ces trois jours d’appel à la générosité, les 349 bénévoles des Restos étaient sur le pont, renforcés par 138 bénévoles d’un jour dont plusieurs jeunes migrants.

"Sur Rodez, les chiffres nous montrent que 90 % des gens font appel aux Restos pour une durée de deux ans maximum. Ce qui démontre un turnover important. Les gens ne s’installent pas dans la précarité, ils la subissent", analyse le président Viguier.

Au chapitre des projets, les responsables aveyronnais envisagent de créer un centre itinérant pour aller à la rencontre de bénéficiaires isolés, dans des salles mises à disposition par les mairies. Le Lévezou, le Réquistanais ou le Laguiolais pourraient être concernés,

Xavier Buisson
Réagir