Sport

Football : une première semaine de mai décisive pour Rodez

  • L’entraîneur Laurent Peyrelade.
    L’entraîneur Laurent Peyrelade. CPA -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

L’entraîneur Peyrelade dira alors qui il souhaite conserver ou pas au sein de son effectif.

"Ce n’est pas la chose la plus sympa à faire en tant que coach, mais il faut aussi en passer par là. " Interrogé hier en conférence de presse d’avant-match au sujet du prochain mercato, Laurent Peyrelade a livré quelques informations. Évoquant un moment plutôt pénible mais nécessaire pour la suite : les entretiens individuels avec ses joueurs, programmés "durant la première semaine de mai, j’espère avant (le match face à) Drancy (le 3 mai)" ; et qui diront "qui reste, qui ne reste pas ". Ou plutôt sur qui le technicien aveyronnais compte pour batailler en L2, et sur qui il ne compte pas, "indépendamment des histoires de contrats déjà signés ou pas ". Ceux qui ne seront pas retenus sportivement pourront alors préparer leurs bagages ou, s’ils disposent d’un contrat les liant au club, rester, à l’image de Loïc Coupin l’été dernier. Pas dans les petits papiers de "LP", le Sévéragais a su s’accrocher pour faire partie de l’aventure (2 titularisations, 12 entrées en jeu).

Douline : "A 25 ans, je n’ai plus le droit à l’erreur"

"Avant de voir qui on veut aller chercher, quel profil surtout ; on travaille sur notre groupe actuel, explique encore le coach. L’objectif, c’est évidemment de ne pas faire une révolution. Mais de garder la dynamique. Beaucoup de joueurs méritent d’y aller (en L2) et beaucoup ont la capacité et le niveau pour y aller. Certains n’ont pas encore atteint leur limite. " Peu de ses hommes devraient ainsi être poussés vers la sortie. Certains pourraient en revanche être appelés par des clubs plus prestigieux. Pour une intersaison riche en rebondissements. "Chacun fait ses choix, rappelle l’ancien attaquant lillois. Il faut bien comprendre qu’on entre dans un monde différent. Il faut s’adapter tout en restant soit même. " Jérémy Mellot, Florian David ou encore David Douline, milieu prêté par Clermont (où il lui reste un an de contrat) que le Raf aimerait conserver, pourraient être convoités. "Si je reste à Rodez, je serais content, nous a confiés l’homme de la saison côté sang et or. Mais je dois prendre le temps et regarder les opportunités. À 25 ans, je n’ai plus le droit à l’erreur." De son côté Peyrelade a aussi indiqué vouloir passer d’un effectif de 22 joueurs à 24 l’an prochain, hors gardien de but.

Sanaia : « Pourquoi partir ? »

Même si la vérité d’un jour n’est pas toujours celle du lendemain, Rodez devrait pouvoir compter sur Amiran Sanaia en L2. « Pourquoi partir ? Même si je le voulais, le président ne me lâcherait pas car je serai toujours sous contrat ! », sourit celui qui dit se sentir « très bien à Rodez » où il a trouvé « une deuxième famille ». « Je vais avoir des propositions, c’est sûr. Mais je serai bête de partir. Je suis très attaché à ce club », explique encore le capitaine. Sanaia retrouverait la deuxième division qu’il a déjà fréquentée avec Bastia en 2011-12 (huit apparitions). Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, il se murmure aussi que le défenseur est revenu dans les petits papiers de la sélection géorgienne. Sa dernière cape remonte à 2010.
 

Réagir