Culture et Loisirs

Danse et musique indiennes, Dieu et Homme intrinsèquement liés

  • Danse sacrée avec Niranjan Saikia
    Danse sacrée avec Niranjan Saikia
  • Niranjan Saikia à la flûte Bansuri
    Niranjan Saikia à la flûte Bansuri
  • Niranjan Saikia, percussion khôl
    Niranjan Saikia, percussion khôl
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Aux Ateliers du Geste du Grand Mas, le 18 mai, l’association Pathya Danse proposait une soirée flûte Bansuri et danse Sattriya. Plus de 30 personnes dont des fidèles de la danse indienne, sont venues partager ce temps que l’on peut qualifier de magique.

Mathias Coulanges présentait avec brio et souvent avec humour les différentes pièces musicales et les danses interprétées par Niranjan Saikia.

Celui-ci est un des moines-danseurs du monastère d’Uttar Kamalabari, sur l’île fluviale de Majuli, à l’extrême nord-est de l’Inde.

Dans uns première partie, il a interprété un morceau musical, passant, pour suivre la partition et changer de tonalité, d’une flûte Bansuri, grande flûte traversière indienne classique, probablement le plus ancien instrument de musique de l’Inde du nord à une autre flûte Bansuri plus petite. L’art et la sensibilité de cette musique, son interprétation accompagnée d’un tampura électronique qui permet de donner la tonalité, invite chacun à vibrer dans le présent et à s’unir à une culture des plus riches aux sources du monde rural et de ses valeurs porteuses de messages de progrès social, spiritualité, art et culture.

Chants et percussion khôl ont maintenu et enrichi l’attention du public et son émotion en invitant à s’élever vers le divin avec l’interprétation d’extraits du livre sacré écrit au XVe siècle, expression artistique populaire, écrit pour être compris par tous (équivalent de l’Esperanto).

En deuxième partie place à la beauté de la danse. Émerveillement devant sa beauté, expression du corps dans le message porté par chaque mouvement, les regards, les rythmes. Petit intermède avec la présentation par Niranjan Saikia des 10 représentations/formes (avatars) de Vishnou, tortue, poisson, Bouddha, etc.

Le voyage dans les richesses de ce pays s’est poursuivi et terminé avec 2 danses, véritable théâtre sans mots, qui ont enrichi l’approche de la civilisation d’un peuple, de sa diversité, de ses valeurs, de ses pratiques, de ses croyances, de sa vie.

À la fin du spectacle, Niranjan Saikia a offert à Partricia Sicre, présidente de l’association et organisatrice de la soirée, une Gamoucha, écharpe en coton qui est le symbole d’une identité qui a traversé l’histoire.

Pour poursuivre l’aventure, 8 juin, stage de chant, concert de chant Carnatique avec Emmanuelle Martin à l’Auditorium du Conservatoire Rodez. 22 juin, de 14 à 16 heures, stage de danse Kathak, salle A Corps Dansant 33 rue des Érables, Onet-le-Château ; 23 juin à 17 heures, concert Kathak + Sarod + Rabla, à l’Auditorium de l’École de musique.

Renseignements, 06 76 48 11 75 – pathya.danse@yahoo.in, www.pathyadanse.com

CORRESPONDANT
Réagir