Chutier

Les cépages modestes mis à l’honneur

Abonnés
  • Jean-Marc Auméras et Jean Rosen étaient les grands organisateurs de la manifestation.
    Jean-Marc Auméras et Jean Rosen étaient les grands organisateurs de la manifestation.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Les 9es Rencontres ont accueilli plus d’une centaine d’amateurs et de professionnels venus de toute la France jusqu’à Saint-Côme-d’Olt.

Le samedi matin, la manifestation a débuté avec une très intéressante conférence sur les tanins donnée par Marc-André Selosse, professeur au Museum de Paris et président de la Société botanique de France. L’habituelle session "cépages à la une" a ensuite permis de découvrir quatre nouveaux cépages modestes dont les participants ont été les premiers à déguster les vins : Le Rousselou B, également nommé St-Côme, car il est issu de ce village même, présenté par le vigneron Philippe Rousseau, de Saint-Cyprien-sur-Dourdou ; la Mècle N, retrouvée par Nicolas Gonin, vigneron des Balmes Dauphinoises, à St-Chef, dans l’Isère ; la Raisaine N, vieux cépage ardéchois que cultive Benoît Salel, à Faugères, dans l’Ardèche, et enfin le Négret Pounjut N, que nous a fait découvrir Marc Penavayre, du Château Plaisance, à Vacquiers.

Un ancien cépage : le Côt

Ces 9es Rencontres étaient consacrées au Côt, un ancien cépage très répandu qui possède de multiples synonymes, parmi lesquels Malbec est le plus récent. Henri Galinié, président de l’association VINAVIVA, a parlé des différents noms du Côt en France. Olivier Yobrégat, de l’Institut Français de la Vigne et du Vin du Sud-Ouest, a ensuite évoqué les parents du Côt, le Prunelard et la Magdeleine noire des Charentes.

Le Côt est né il y a très longtemps dans la région de Cahors, où on l’appelait Auxerrois. Léonard Laborie, du CNRS Paris-Sorbonne, en a rappelé son historique. Les vins de Matthieu Cosse, du domaine Cosse-Maisonneuve, à Cahors ont été proposés à la dégustation. Après l’Assemblée générale de l’association, Pascal Pauvrehomme, maire de Sainte-Lizaigne, dans le Berry, a parlé de son action exemplaire pour renouer avec le passé vigneron de sa commune, et redéployer le Genouillet, ancien cépage rouge berrichon cultivé par Maryline et Jean-Jacques Smith, de Quincy.

Le Côt est également produit dans la vallée de la Loire, ce qui a permis de déguster les vins de Xavier Frissant, de Mosnes, et de Mickaël Bouges, de Faverolles-sur-Cher. Dans le Bordelais, le Côt prend le nom de Malbec, et Olivier Yobrégat en a retracé l’histoire, avant de faire déguster ceux de David Barrault, du château Tire-Pé, à Gironde-sur-Dropt, et la cuvée "Les mains sales" de Jean-Pierre Bouillac, du domaine Le Vieux Puit à Reignac de Blaye.

Après une soirée vouée à la dégustation des très nombreux vins apportés par les vignerons, la matinée du dimanche a commencé par la présentation du livre "50 jours pour comprendre autrement le vin" (éd. Ellipses, Paris) que vient de publier André Deyrieux, président de l’association, empêché par la maladie.

Rendez-vous l’an prochain les 8 et 9 novembre pour le dixième anniversaire !

Cette année, l’Argentine, l’autre pays du Malbec, mais également d’autres cépages, comme les Criollas, la Bonarda ou les Torrontés, était représenté par ses meilleurs vignerons : Ovidiu Corabianu, du domaine Seclantas Adentro à Salta, célèbre pour être la vigne la plus haute du monde, Roberto Gonzalez, spécialiste de la Bonarda, et Vincent Wallard, un Français qui fait du vin en Argentine. Avant d’approfondir le sujet, on a parlé plus précisément de la Bonarda, cépage très cultivé en Argentine, mais dont l’origine est la Douce Noire ou Corbeau, un cépage né en Savoie qui a failli disparaître. Les vins argentins ont été commentés par les vignerons qui avaient fait le déplacement jusqu’à Saint-Côme-d’Olt, désormais le village d’adoption de l’association des Rencontres des cépages modestes.

L’Argentine largement représenté

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Espalion

350000 €

Dans le centre ville d'espalion, bel immeuble en pierre, traversant, compre[...]

106000 €

Proche centre ville Espalion, appartement de type 4 en rez de chaussée disp[...]

346 €

A Louer appartement de T2 situé au 2 ème étage d'un petit immeuble du centr[...]

Toutes les annonces immobilières de Espalion
Réagir