Villefranche : deux listes sûres vont à la bataille

  • Camille Briançon a animé les réunions du collectif « Villefranche à gauche ». L’objectif d’une liste ne s’est pas concrétisé.
    Camille Briançon a animé les réunions du collectif « Villefranche à gauche ». L’objectif d’une liste ne s’est pas concrétisé. DDM / GUY LABRO / DDM
Publié le / Mis à jour le S'abonner

"Villefranche à gauche" jette l’éponge. Philippe Mourgères Durand est pessimiste. Par contre, Philippe Cabot veut y croire.

Entre l’envie et la réalité, il y a bien souvent un pas, voire un fossé. Ainsi pour les prochaines élections municipales ? Aujourd’hui, deux listes sont certaines de prendre le départ, celles conduites respectivement par Jean-Sébastien Orcibal et Laurent Tranier. Quant aux autres ?

Ce qui est désormais sûr, c’est qu’il n’y aura pas de liste "Villefranche à gauche".

Celui qui apparaissait en figure de proue sans, toutefois avoir dit qu’il en prendrait la tête, Camille Briançon, le confirme : "Le collectif arrête son travail de constitution de liste." Trop peu de candidats, une quinzaine seulement, soit une moitié de liste. "Le collectif a également fait le choix de ne pas s’associer à une liste existante", indique aussi Camille Briançon. "Il veut continuer à exister et être actif". Cependant des membres de ce collectif, qui regroupe des adhérents du Parti Socialiste, du Parti communiste et de la France Insoumise, pourraient bien, à titre individuel, être candidats le 15 mars prochain. Pour le Parti socialiste, son secrétaire fédéral, Bertrand Cavalerie réaffirme qu’il "n’y aura pas de soutien pour les candidats investis ou soutenus par LREM". De l’autre côté de l’échiquier politique, le Républicain Philippe Mourgères Durand avoue aussi la difficulté de la tâche. " C’est compliqué. Je cherche toujours. " Et il se dit "plutôt pessimiste" sur l’aboutissement de cette liste.

À moins d’une surprise, le scrutin du 15 mars devrait se jouer entre deux listes, et il n’y aurait alors pas de second tour.

Et cette surprise, un homme cherche à la provoquer. Philippe Cabot fait savoir qu’il mènera une liste, avec Gwen Le Roux, une jeune villefranchoise. Et qu’il a " une vingtaine de personnes prêtes à le suivre ". Il n’affiche pas de couleur politique. " Nous, notre étiquette c’est Villefranche. " Il se dit "attristé par ce qu’est devenue notre ville et inquiet pour son avenir" et s’engage "pour pousser notre ville vers le haut".

Et contrairement aux autres candidats, qui bâtissent leur programme après des réunions citoyennes, lui présente un projet déjà ficelé. Ceci, indique-t-il, pour attirer des colistiers (contact : vv.2020.2026@gmail.com ou 06 07 54 69 81). "Les gens vont voir ce que nous voulons faire pour redynamiser cette ville." Ce programme, il le décline en une douzaine de chapitres, avec des propositions inédites, voire iconoclastes, que certains qualifieront même de farfelues.

Philippe Cabot lance une formule, qui pourrait devenir son slogan de campagne, s’il parvient à boucler sa liste : "Le vrai changement c’est nous."

Ce serait effectivement nouveau.

GDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

45800 €

Beau terrain boisé de 2400 m² dans un quartier résidentiel, proche accès ro[...]

50000 €

Terrain plat de 1926 m² exposé sud ouest, coffret électrique et d'eau prése[...]

107000 €

Ancien établissement hôtelier de 400 m² environ et deux maisons attenantes [...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir