Hommage du sculpteur Gérard Fournier au corps médical

  • Le peintre et sculpteur Gérard Fournier.
    Le peintre et sculpteur Gérard Fournier. MCB / MCB
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Où et comment confinez-vous ?

Je confine à La Mouline, je ne suis pas à plaindre car j’ai de l’espace. Et puis j’ai l’habitude de travailler chez moi, en solitaire.

Dans quel état vivez-vous le confinement ?

C’est un peu anxiogène mais il faut accepter tout ça, faire le dos rond et attendre. Il y a quand même un côté positif dans le confinement qui permet de faire des choses qu’on ne prenait plus le temps de faire, lire, écouter de la musique… C’est aussi l’occasion de découvrir d’autres choses et de redécouvrir ses proches.

Qu’aviez-vous initialement prévu de faire si vous n’aviez pas été confiné ?

J’avais un vernissage important le 28 mars dans la galerie où j’expose chaque année avec d’autres artistes. Je devais présenter cinq sculptures sur le thème "Courbes et sensualité" d’après une phrase de Rodin. C’est reporté à une date inconnue. Toute une programmation se trouve bousculée.

Quelles sont vos méthodes pour vous évader et comment occupez-vous vos journées ?

Je travaille doucement, tranquillement mes sculptures, notamment des bijoux sculptés à porter pour une galerie d’Agde spécialisée dans les bijoux contemporains. Le vernissage était prévu pour juin, on peut espérer…

Je fais aussi beaucoup de photographies, je trouve que la photo est un formidable moyen d’évasion. Je dédie d’ailleurs toutes mes photos aux soignants qui sont en première ligne et se donnent à fond.

J’ai aussi un grand terrain qui m’occupe et des contacts avec mes amis par Internet alors le temps passe vite.

Quelle chanson ou quel morceau de musique conseilleriez-vous pour mettre du baume au cœur des Aveyronnais en ce moment ?

Je n’ai pas de conseils à donner mais, en tant que guitariste classique et flamenco, j’adore le concerto d’Aranjuez.

Un film à conseiller ?

Un film divertissant et loufoque : "Papy fait de la Résistance".

Frigo plein ou file d’attente devant un point de ravitaillement ?

On a toujours fait les courses une fois par semaine, ça ne change pas, mais toutes les initiatives qui se mettent en place avec les producteurs c’est très bien. Je pense qu’il y aura une prise de conscience à partir de ces événements. Il y aura un avant et un après.

Quelle est la première chose que vous ferez quand le confinement sera terminé ?

Il me tarde revenir sur le Bassin d’Arcachon, un bel endroit pour respirer et je peindrai. Mais je continuerai ma vie comme avant, je me considère comme un privilégié.

M.-CH. Bessou
Voir les commentaires
Réagir