Souffrance psychique : Sainte-Marie au front pour "maintenir le lien" avec ses patients

Abonnés
  • "Il faut tout faire pour que le lien perdure", martèlent MM. Rohmer, Perrot et Pillet, de l'ensemble hospitalier Sainte-Marie.
    "Il faut tout faire pour que le lien perdure", martèlent MM. Rohmer, Perrot et Pillet, de l'ensemble hospitalier Sainte-Marie. REPRO CPA / REPRO CPA
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Le constat est flagrant, mis en évidence dans les différentes antennes du centre hospitalier Sainte-Marie de Rodez : du côté de la psychiatrie, le contact avec les patients et leurs aidants a dû être repensé pour perdurer tandis que l'ensemble des services a dû s'adapter pour "éviter la rupture de soins", selon le directeur Didier Perrot.

"Peur de s'exposer au virus et de sortir de chez eux... une grande partie de nos patients ne viennent plus en consultation. Au détriment de leur propre santé. On voit poindre un syndrome de glissement, les gens sont moins stimulés, se laissent aller... ils ont moins d'énergie et de goût à la vie...". Ce mardi 7 avril, Frédéric Pillet et Gérard Rohmer, président et vice-président de la conférence médicale d'établissement de Sainte-Marie, étaient réunis autour du directeur Didier Perrot afin d'envoyer un message fort : "On est ouvert, on est là, en consultation comme à domicile. L'engagement est fort de la part de tous les professionnels... Il est indispensable de garder le lien et d'éviter la rupture de soins"

Si leur appel concerne surtout l'aspect psychiatrique de l'ensemble hospitalier, les différentes antennes (Maison d'accueil spécialisée et Ehpad, confinés, et service d'aide par le travail, à l'arrêt) ont elles aussi dû apprendre à vivre avec le coronavirus. Et les professionnels le soulignent : "Le confinement est anxiogène, mais plus particulièrement pour les personnes fragiles". "Sur le plan psychologique, il y a des risques d'attitudes de repli sur soi, une anxiété croissante par rapport à ce qui se passe à l'extérieur, de troubles de l'attention... un certain désespoir peut s'installer", poursuit le docteur Rohmer.

En soutien aux patients, proches et médecins

À l'Unité d'accueil et d'orientation (UADO, les "urgences psychiatriques"), après une baisse des hospitalisations la semaine dernière, le nombre repart à la hausse. Il s'agit en majorité de patients déjà connus en phase de décompensation (rupture de l'équilibre psychique). Une cellule de soutien psychologique a été mise en place, joignable au 06 08 85 72 84. Concernant la gestion du coronavirus, 12 professionnels ont été formés et un service dédié a été mis en place pour accueillir les patients soufrant de troubles psychiques et testés positifs. Quatorze tests ont eu lieu, un s'est révélé positif sur un patient déjà arrivé infecté et détecté lors de son admission.

Les Centres médico-psychologiques (CMP) de Rodez (05 65 73 86 11), Espalion (05 65 51 10 91), Decazeville (05 65 43 78 81) et Villefranche-de-Rouergue (05 65 65 15 15) ont de leur côté élargi les horaires d'accueil téléphonique, désormais accessible de 9 heures à 19 heures. À noter qu'ensuite, les appels basculent vers l'UADO, ce qui permet aux personnes dans le besoin d'avoir 24heures sur 24 un professionnel au bout du fil, qu'il s'agisse d'un patient, d'un proche ou aidant... mais aussi de médecins généralistes en demande d'évaluations cliniques.

Dans l'ensemble des CMP, le nombre des consultations est en "grosse diminution" selon Frédéric Pillet. Les absents sont alors appelés par l'établissement, toujours dans la démarche de garder le contact avec ces publics fragiles. Cependant les visites à domicile ou dans les centres se poursuivent, dans le respect de l'ensemble des normes de sécurité. D'un grand secours, par exemple, pour les patients nécessitant des injections d'antipsychotique.

"Il faut tout faire pour que le lien perdure", reprend le directeur qui appelle aussi de ses vœux un "accès pour tous à la continuité des soins", soulignant parfois un "manque de fluidité dans les orientations des patients" vers une potentielle hospitalisation. 

Xavier Buisson
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

407 €

Appartement de type 2, d'une surface de 38 m2, en 1 er étage d'une résidenc[...]

335 €

Situé à proximité du Lycée Monteil, de l'IUT, appartement de type 1 neuf co[...]

235 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE - Studio dans maison indivi[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir