Castex: "Les enseignants continueront à émanciper de tous les totalitarismes"

  • Le Premier ministre Jean Castex s'est entretenu samedi 17 octobre matin, aux côtés du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, avec les représentants des personnels de l'Education nationale.
    Le Premier ministre Jean Castex s'est entretenu samedi 17 octobre matin, aux côtés du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, avec les représentants des personnels de l'Education nationale. Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Publié le , mis à jour

(AFP) - "Nos enseignants continueront à éveiller l'esprit critique des citoyens de la République, à les émanciper de tous les totalitarismes et de tous les obscurantismes", a martelé samedi Jean Castex sur Twitter, au lendemain de la décapitation d'un enseignant.

Le Premier ministre s'est entretenu samedi matin, aux côtés du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, avec les représentants des personnels de l'Education nationale.

"Solidaire de ses enseignants, l'État réagira avec la plus grande fermeté pour que vive la République et ses citoyens, libres ! Nous ne renoncerons jamais. Jamais", a ajouté Jean Castex.

Devant les syndicats, le Premier ministre a affirmé qu'avec l'attaque d'un enseignant dans les Yvelines, "ce sont les valeurs les plus fondamentales de la République qui sont touchées", a également rapporté son entourage.

"Après la liberté de la presse et Charlie Hebdo, la liberté d'enseigner: bref, la République" est ciblée, a poursuivi le chef du gouvernement, qui a fait part de sa "totale indignation".

"La laïcité, colonne vertébrale de la République, a été, à travers cet acte ignoble, visée", a-t-il encore dit.

Le Premier ministre tenait ensuite une réunion à 11H00 avec les ministres de l'Education nationale, de l'Intérieur, Gérald Darmanin, de la Justice, Eric Dupond-Moretti, et Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté, "pour faire un nouveau point de situation sur la mobilisation des services de l'État", a indiqué Matignon.

Neuf personnes se trouvaient samedi en garde à vue au lendemain de la décapitation dans les Yvelines d'un enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, un "attentat islamiste caractérisé", selon les mots d'Emmanuel Macron, qui suscite effroi et colère dans tout le pays.

L'assaillant est un jeune homme tchétchène de 18 ans, né à Moscou. Vendredi vers 17H00, il a décapité ce professeur d'histoire à proximité du collège où il enseignait dans un quartier calme de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), avant d'être tué par des policiers à 200 mètres de là. 

S'il avait des antécédents de droit commun, son casier judiciaire était vierge et il n'était pas connu pour radicalisation, selon des sources proches du dossier.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir