Pauline Ferrières lance une collection de mode éthique avec des tissus de Chine

Abonnés
  • Avant de présenter la pièce majeure de la collection, Pauline Ferrières a tissé un réseau d’artisans en Chine afin de préserver un héritage culturel. Avant de présenter la pièce majeure de la collection, Pauline Ferrières a tissé un réseau d’artisans en Chine afin de préserver un héritage culturel.
    Avant de présenter la pièce majeure de la collection, Pauline Ferrières a tissé un réseau d’artisans en Chine afin de préserver un héritage culturel. Rui Dos Santos et DR
  • Avant de présenter la pièce majeure de la collection, Pauline Ferrières a tissé un réseau d’artisans en Chine afin de préserver un héritage culturel.
    Avant de présenter la pièce majeure de la collection, Pauline Ferrières a tissé un réseau d’artisans en Chine afin de préserver un héritage culturel. Rui Dos Santos et DR
Publié le , mis à jour

En étroite collaboration avec la jeune créatrice espagnole Adriana Cagigas et le designer chinois Zhang Xing, la Ruthénoise de 24 ans a créé la marque DEYI pour "promouvoir un art de vivre inspiré de la philosophie et des traditions chinoises, avec une approche contemporaine". C’est ainsi qu’une vingtaine de pièces ont été présentées à Madrid, à la récente Fashion Week.

"La clarinette me manque beaucoup. J’ai eu la chance de donner quelques concerts à Pékin. La musique fait partie de moi mais là, je suis en train de perdre le souffle. Disons que le temps nécessaire me fait, pour l’instant, défaut." Visiblement, les journées de 24 heures ne suffisent pas pour "absorber" les activités de Pauline Ferrières. Elle est tombée amoureuse de la Chine en classe de seconde au lycée Ferdinand-Foch à Rodez, grâce à Agnès Beschard, sa prof de mandarin. Depuis, cette jeune femme née en 1996 dans le chef-lieu aveyronnais et l’Empire du Milieu sont inséparables !

Un bac ES en poche et après deux ans à Ozenne Toulouse en prépa économie, elle a rejoint Nantes et l’école de commerce Audencia. Et là, dans le cadre de son année de césure pour son master en management culturel, elle a pris un billet d’avion... Pour la Chine bien sûr ! Destination Pékin en janvier 2018. Elle a poussé les portes du théâtre La Plantation, où elle a rencontré, notamment, Zhang Xing. Directeur du centre culturel, musicien et designer, il est devenu son "maître à penser" et lui a appris la calligraphie. Après avoir été agent d’artistes pour, par exemple, Ma Defan, calligraphe de renommée internationale (qui est venue faire une performance à l’auditorium du Conservatoire et au musée Soulages à Rodez), Pauline Ferrières a quitté la Chine et s’est envolée pour Boston aux États-Unis. Guidée ensuite par "le hasard des rencontres", elle est revenue à ses premiers amours, créant DEYI. Ce qui signifie un concept éthique et intègre, un art de vivre en harmonie avec la nature. Cette marque, elle l’a lancée au printemps 2019 avec Adriana Cagigas, une créatrice de mode espagnole de 27 ans, installée à Madrid, et ancienne athlète de haut niveau, et Zhang Xing. L’heure des retrouvailles. Ils ont effectué un voyage à Guangxi, à la rencontre des minorités Miao dans le sud du pays. "C’était "Rendez-vous en terre inconnue" pendant trois semaines", sourit l’intéressée. Elle poursuit sur les motivations de ce long périple : "Ces techniques ancestrales de confection se perdent peu à peu car les jeunes générations n’ont plus envie de les apprendre. En effet, elles ne leur permettent plus d’en vivre. Avec notre projet, nous travaillons en étroite collaboration avec les artisans locaux pour favoriser la préservation de cet héritage culturel." Une vingtaine de pièces, "chacune racontant une histoire", créées avec ces tissus d’exception, ont été présentées à la Fashion Week à Madrid, en février et septembre. Cette première collection a été baptisée "Yuanfen", traduire "Le destin", pour "donner une nouvelle compréhension de la culture de la Chine" (sic la jeune Ruthénoise). "Quand on croit en ses rêves, on peut les atteindre." Proverbe chinois ou leitmotiv de Pauline Ferrières ?

Rui Dos Santos
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

402 €

LOCATION APPARTEMENT T1BIS RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Une pièce principale t[...]

252 €

STUDIO PROCHE IUT - LYCEE MONTEIL - 2EME ETAGE - DIRECTION LA ROQUE ,CUISIN[...]

400 €

SECTEUR BOURRAN : Appartement de type 1 bis composé d'une pièce à vivre ave[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir