Comtal Lot Truyère : 400 000 € pour aider les entreprises face à la Covid-19

  • Nicolas Bessière, président de l’intercommunalité. Nicolas Bessière, président de l’intercommunalité.
    Nicolas Bessière, président de l’intercommunalité. repro cpa
Publié le

Rencontre avec le nouveau (et jeune) président de la communauté de communes Comtal Lot Truyère.

Il fut le plus jeune maire de l’Aveyron lors de sa première élection municipale à Gabriac. C’était en 2008 et Nicolas Bessière avait alors 29 ans. Cette année, malgré le contexte sanitaire et économique, s’avère un bon cru pour l’élu qui débute son troisième mandat dans son village et prend les commandes de l’intercommunalité.

Pour quelles raisons vous êtes-vous présentés à l’élection communautaire ?

Depuis que je suis engagé, j’essaie de servir. J’étais en charge des travaux et de la voirie ce qui est concret. Je suis pragmatique. C’est aussi l’attrait de découvrir le territoire et les communes. Il y a tellement de richesses et de diversité, j’y crois beaucoup.

Quels sont les projets ?

Le président de l’intercommunalité est un relais, il crée un échange pour faire remonter les idées du terrain auprès des élus. Depuis juillet et jusqu’à la fin de l’année, je rencontre les nouveaux maires (huit, NDLR) pour se présenter et présenter la structure. Les projets se font donc en partenariat. Dans l’immédiat, nous sommes dans les projets enclenchés par mon prédécesseur. Il faut enfoncer le clou de l’attractivité en étant dans l’équité. Nous faisons une prospection financière pour estimer nos capacités. Pour l’enfance et la jeunesse, on veut aller plus loin en s’inspirant de la micro-crèche d’Entraygues. Cela passe par l’apprentissage de la natation, d’où l’intérêt d’une piscine couverte à Espalion.

Sur le plan touristique, nous souhaitons développer le trail avec le trail d’Aqui pour mailler le territoire. Pour le volet culturel, le chantier est en cours d’une salle multiculturelle à Entraygues. Il y a aussi l’étude de faisabilité qui est en cours pour le pôle culturel à Espalion. Pour la santé, le chantier de la Maison de santé s’achève à Bozouls.

L’intercommunalité participe aux mille-feuilles administratifs, quels arguments apportez-vous pour éclairer le citoyen lambda ?

J’ai souhaité développer la mutualisation pour réaliser des économies et favoriser les échanges qui nous nourrissent. Les intercommunalités sont souvent perçues comme un gros machin pour reprendre De Gaulle. L’équipe précédente a harmonisé le territoire, maintenant nous devons le faire fonctionner. Les commissions se font sur la base du volontariat pour ne pas avancer en marche forcée. Nous échangeons sur les pratiques. L’intercommunalité apporte de l’ingénierie comme le service juridique qui est un facilitateur. L’intercommunalité passe par de l’accompagnement. Le but n’est pas de dépouiller les communes mais de travailler en partenariat dans un esprit d’échanges.

Comment gérez-vous la crise du Covid-19 ?

La communauté de communes C a injecté 400 000 € pour soutenir l’économie. Nous avons maintenu les commandes publiques qui s’élèvent à six millions d’euros cette année. Nous avons aussi octroyé 300 000 € d’aides financières en doublant l’apport de la Région grâce à des fonds proposés par celle-ci. Au total, 182 entreprises ont bénéficié de ce dispositif. Enfin, certaines entreprises ont été exonérées de la cotisation financière des entreprises (CFE) permettant d’instaurer un dégrèvement des deux tiers du montant de la CFE en faveur des entreprises de taille petite ou moyenne du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, du sport, de la culture et de l’évènementiel particulièrement affectés par la crise sanitaire.

Quel est le dossier phare du mandat ?

Le Plan local d’urbanisme intercommunal (Plui) pour inventer le territoire de demain autour de projets équilibrés et harmonieux. Il faut être dans la construction plutôt que dans la résistance et dans l’attente.

En chiffres

21 communes sur 644 km2
19 690 habitants (19 655 en 2017).
8 nouveaux maires.
32 agents composés de 18 femmes et 14 hommes.
16 millions d’euros de budget de fonctionnement.
7 millions d’euros engagés dans l’économie en 2020.
2 000 emplois dans 176 entreprises dans les ZA.
2 271 élèves répartis dans 22 écoles, 2 collèges et 1 lycée.
1 million d’euros versé par an pour la voirie.
400 000 € versés aux entreprises pour faire face à la crise sanitaire.

 

Olivier Courtil
Voir les commentaires
L'immobilier à Espalion

268 €

Studio entièrement équipé (cuisine équipée, machine à laver...) en rez-de-c[...]

453 €

A LOUER appartement Duplex T5 situé au Foiral d'Espalion (face à l'aire de [...]

74900 €

Appartement de Type 3, d'une surface de 77 m2 environ, actuellement agencé [...]

Toutes les annonces immobilières de Espalion
Réagir