Aveyron : le monde du sport amateur à nouveau sur la touche

  • Pas de rugby au niveau fédéral ce week-end en Aveyron.
    Pas de rugby au niveau fédéral ce week-end en Aveyron. Centre Presse - Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

Depuis hier vendredi  23 octobre et les précisions de la préfète de l’Aveyron Valérie Michel-Moreaux concernant les mesures restrictives dans le domaine du sport à cause de la dégradation de la situation sanitaire en Aveyron, le monde du sport amateur aveyronnais est en berne, surtout ceux qui pratiquent en salle. Mais l’impact est également prononcé pour les autres. Tour d'horizon des réactions des acteurs départementaux en handball, basket-ball, rugby et football notamment.

Basket-ball et handball : une mise à l’arrêt qui a du mal à passer

C’était attendu, c’est désormais officiel : tous les gymnases ferment leurs portes aux adultes pour une durée de six semaines minimum. Une décision validée par la préfète, Valérie Michel-Moreaux hier, qui empêche désormais les équipes seniors de s’entraîner et de jouer les week-ends.

Avant l’annonce officielle, le comité départemental de basket avait pris les choses en main en annonçant la suspension des rencontres seniors. « Le comité basket a pris la décision de suspendre toutes les compétitions seniors 5×5, 3×3 et loisir. La décision est identique pour les clubs régionaux », a indiqué Roselyne Portal, la présidente du comité départemental.

Un choix qui met donc au repos forcé les basketteuses de la CTC Rodez agglo qui évoluent en Nationale 3 et leurs homologues masculins de Rodez (Prénational). « C’est dommage pour le sport amateur. Je ne comprends pas la cohérence à laisser les gymnases ouverts pour les jeunes, les joueurs de haut niveau mais pas pour les équipes seniors amateurs, se questionne Matija Sagadin, l’entraîneur de Rodez. On pénalise les gens et les sportifs amateurs ». Une analyse partagée par son collègue de Rodez agglo, Nicolas Flottes. « J’ai calculé que sur les 12 équipes qui composent notre poule, 6 sont soumis au couvre-feu et voient donc les gymnases être fermés. Cela pose problème au niveau de l’équité sportive. Nous, on va être à l’arrêt pendant six semaines alors que certaines équipes, même si le championnat est suspendu, vont s’entraîner. Comment cela va se passer pour la reprise ? On n’en sait rien mais ça va être compliqué », est-il persuadé.

Les gymnases fermés vont également contraindre les handballeurs du Roc, qui évoluent en Nationale 2, de se mettre à l’arrêt. Une situation qui complique le dénouement de la saison. « En gros, si on fait six mois d’interruption puis que l’on ajoute deux ou trois semaines de remise en forme avant d’attaquer le championnat, on arrivera en janvier…On ne pourra pas commencer la deuxième phase comme prévu, pense Julien Demetz, l’entraîneur et également membre du comité départemental de handball. Je ne sais pas ce qu’on va pouvoir faire. En plus, des gymnases fermés, le couvre-feu nous handicape puisque par exemple, Marc Becdro (le gardien) ne peut pas venir s’entraîner. Il habite à 1 h 30 de Rodez. Cette situation devient démotivante. On est vraiment dans le flou. Le sport amateur de salle est mis à l’arrêt. »

Pour ce qui concerne les compétitions départementales, Sylvie Uhmann, la présidente du comité, ne se veut pas pessimiste. « On a, entre guillemets, la chance que cette décision arrive tôt dans la saison. On va donc suspendre les compétitions. Mais on a relativement pensé à la situation avant que la saison débute. On a créé un championnat où toute la première phase va se jouer. On prendra le temps qu’il faudra, explique-t-elle. Ensuite, on déduira le nombre de week-ends qu’il reste pour jouer la deuxième phase. Si le Covid-19 perdure, il n’y aura peut-être qu’un match lors de la deuxième phase. À ce moment-là, on organisera des finales. Les championnats départementaux et régionaux sont conçus sur ce format », conclut la présidente.

À noter enfin que les sports collectifs ne sont pas les seuls impactés. Le tennis, le judo, le badminton, la gymnastique ou encore les pongistes doivent se résoudre à composer avec ce nouveau règlement.

Rugby : « On va aller vers la suspension de la saison »

Une certitude : les clubs de Fédérales ne joueront pas ce week-end. Millau et Lévézou Ségala Aveyron pour cause de vestiaires et de douches fermés, Saint-Affrique et Decazeville pour cause de Covid-19. Dans le même temps, Rodez, en Honneur, est également touché par le virus, pareil pour Vivez en 2e Série… Des reports de plus qui peuvent poser des questions pour la suite des championnats. D’autant que beaucoup de départements en Occitanie sont touchés par la zone de couvre-feu et la fermeture des vestiaires et des douches.

Mais pour le moment, la Ligue Occitanie ne souhaite pas arrêter les compétitions. « C’est simple, si on peut jouer, on joue, assure Gérard Fourquet, président du comité départemental et membre de la Ligue Occitanie. Ce qui nous embête, ce sont les cas de Covid-19 dans les clubs plutôt que le couvre-feu. Tous les lundis, on se réunit avec la Fédé et la Ligue pour faire le bilan du week-end. Mais désormais, il va falloir évoquer les vestiaires et les douches qui doivent rester fermés, ajoute le président du comité. Ça change beaucoup de choses pour nous. Je pense qu’on va aller vers la suspension de la saison. C’est un avis personnel. »

« À aujourd’hui, 60 à 70 % des matches se jouent tous les week-ends. Même si certaines régions voient les vestiaires fermés. Mais là, avec l’Aveyron qui doit aussi fermer ses vestiaires, je pense que ce chiffre va baisser, pense le boss des rugbymen aveyronnais. Il va y avoir des reports à gogo à cause de l’interdiction des vestiaires. Il va falloir réfléchir à modifier les championnats et, pourquoi pas, annuler les phases finales et le championnat de France. En tout cas, la Fédération et les Ligues ne décideront pas d’arrêter les championnats de rugby. Si cette décision devait arriver, elle viendrait d’au-dessus de nous », conclut Gérard Fourquet. En rugby à XIII, c'est la fédération qui a d'ores et déjà décidé la suspension des championnats, et notamment de celui d'Elite 2 dans lequel figurent les Loups de Villefranche-de-Rouergue.

Football : repli sur le dimanche, déjà 50 % de report en District

Si la tenue des matches de football n’est pas interdite, la fermeture des vestiaires pose question. Tout comme le couvre-feu qui a poussé hier notamment le District à faire savoir que les rencontres de D1, D2, D3, prévues ce samedi, étaient décalées à demain dimanche, à 15 heures. En ce qui concerne les championnats de D4, D5, D6, les rencontres initialement programmées ce dimanche sont maintenues, les autres reportées. Pour ce qui est des championnats féminins : les rencontres prévues en nocturne sont reprogrammées dimanche. Pour autant, hier, plus de la moitié des matches de District avaient déjà été reportés. Pas de quoi faire fléchir le président Arnaud Delpal : « Le fait qu’il n’y ait pas de vestiaire ne peut être un motif pour ne pas jouer un match. »

Par ailleurs, à compter de la semaine prochaine et jusqu’à la fin du couvre-feu, toutes les rencontres seront programmées par défaut le dimanche à 15 h (ou 13 h si lever de rideau), à l’image de ce que la Ligue Occitanie avait déjà mis en vigueur. En accord avec les deux clubs, une rencontre pourra être programmée le samedi au plus tard à 17 h, en prenant en compte les temps de retour au domicile.

A.B. et A.P.
Voir les commentaires
Réagir