Nicolas Martin, tout en "Musique"

Abonnés
  • Nicolas Martin, dans son studio, à Majorque où il écrit ses compositions, dont son dernier album (ci-dessous).	DR
    Nicolas Martin, dans son studio, à Majorque où il écrit ses compositions, dont son dernier album (ci-dessous). DR Reproduction Centre Presse - Reproduction Centre Presse
Publié le

Le compositeur et arrangeur musical originaire de Rodez, installé à Majorque, met les images en musique. Il est en train de se faire un petit nom dans le paysage musical. Rencontre.

Depuis Majorque, il y a un Ruthénois qui réussit de belles prouesses artistiques, musicalement parlant. Sans faire de bruit, mais, au contraire, avec de superbes mélodies, Nicolas Martin est, en quelque sorte, un magicien des images. Compositeur et arrangeur musical, il donne toute sa force émotionnelle à des images ou en décuple leur potentiel. Un travail, ou une passion, qui rejoint ses deux marottes : le cinéma et la musique.

Nicolas Martin, tout en "Musique"
Nicolas Martin, tout en "Musique"

Le cinéma dans lequel il a fait ses premiers pas en fréquentant le lycée Sainte-Procule, baptisé aujourd’hui François d’Estaing, puis une école à Toulouse. La musique, elle, lui colle aux doigts depuis toujours. Avec le groupe Sleek, fondé avec Yoan Gibelin, Julien Cabiac et un certain Cyrill Hatt (artiste détonnant avec ses réalisations en 3D faites à partir de photos), il remporta même le tremplin rock de l’Aveyron, en 1996.

Une partie de son histoire professionnelle est d’ailleurs liée à ce tremplin. "Le vainqueur gagnait le droit de réaliser un vinyle. Mais il nous manquait deux morceaux pour compléter notre répertoire. Alors j’ai proposé deux morceaux en instrumental… L’un d’eux avait été repéré par un réalisateur,", se souvient-il.

Dans ces cas-là, on se dit pourquoi pas. D’autant que sa passion pour la musique transpire chez le jeune homme. "Yoan Gibelin m’a d’ailleurs lancé un jour : s’il y en a un qui doit vivre de la musique, ce sera toi…", lance-t-il, souriant.

Mais sa réussite d’aujourd’hui ne s’est pas obtenue en un claquement de doigts. Il a d’abord aligné les "petits boulots" pour pouvoir vivre de le musique. à commencer par celui de plagiste… à Majorque ! "Cela m’avait bien plu, alors j’y suis retourné l’année d’après, puis j’y ai rencontré celle qui est aujourd’hui mon épouse", raconte Nicolas Martin.

Il a aussi observé que de nombreux musiciens talentueux étaient installés sur l’île. Un petit paradis en somme pour l’amateur de musique qu’il est. Le Ruthénois commence alors à tisser un réseau. "Il n’y a pas vraiment de formation pour devenir créateur de musique de film, explique-t-il. Il faut du réseau. Faire des connaissances…". De fil en aiguille, de mélodies en mélodies, Nicolas Martin garnit sa carte de visite. Depuis dix ans, il vit de sa passion musicale. Qui a pris une tout autre envergure.

"Si je suis resté à Majorque, c’est aussi parce qu’il est facile d’aller rapidement à Barcelone, Madrid, Paris, Londres ou ailleurs", relate le musicien, qui a créé un petit groupe, le "Miniature ensemble orchestra". Avec lequel il vient de mettre la touche finale à son dernier album, baptisé "Cinematic Heritage". Un album instrumental, destiné à se synchroniser sur des images, avec lequel on voyage dès les premières notes.

Il y a d’ailleurs un peu d’Aubrac dans cet album. Car il n’est pas rare en effet que Nicolas Martin prenne le temps de se replonger dans ces paysages de l’Aubrac pour doper son inspiration. Il faut dire que le Ruthénois reste attaché à ses origines. "Je reviens une fois par an, c’est important pour moi", confesse-t-il, alors que la pandémie l’a "consigné" à résidence.

Une inspiration fructueuse au regard de ses dernières créations ou distinction. Ses compositions ont-elles ainsi accompagné "Rencontres en terre inconnue", pour l’émission dont Arthur était l’invité, le documentaire "Pauline Dubuisson, l’impossible oubli" de Vincent Maillard, diffusé en février dernier sur France 2, le film "Des vacances à tout prix" de Stevan Lee Mraovitch, le film d’animation "Mémorable" de Bruno Collet, nommé aux Oscars 2020…

Tout cela sans faire de bruit donc. "Mais cela me va bien, sourit-il. La musique d’un film, aussi importante soit-elle, on se soucie peu en général de savoir qui est derrière, et moi, cela me va bien". En attendant, on vous invite à aller écouter quelques extraits de ses compositions sur son site. Voire à vous procurer le dernier album. Vous verrez, c’est magique…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Philippe Routhe
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?