France : la ministre du Travail pousse les entreprises à privilégier le télétravail

  • La ministre du Travail, Elisabeth Borne.
    La ministre du Travail, Elisabeth Borne. Archives CP - Repro
Publié le

Un nouveau protocole sanitaire sur les lieux de travail est publié ce lundi. Mais aucune des nouvelles mesures ne concerne le télétravail, ce qui fait monter au créneau la ministre du Travail Elisabeth Borne, qui souhaite inciter les emplyeurs à y recourir.
 

Le protocole sanitaire a été modifié ce lundi 29 noembre dans le but de lutter contre la 5e vague de la pandémie de Covid : renforcer les gestes barrière (masque, contacts), interdiction de manger face aux collègues, distanciation, aération améliorée, éviter "les moments de convivialité entre salariés"...

Rien en revanche sur le télétravail, au grand dam de la ministre du Travail Elisabeth Borne, qui communique beaucoup sur ce point auprès des organisations syndicales et patronales, selon La Dépêche du Midi reprenant une information du Parisien. "Aujourd'hui, on ne va pas fixer une obligation pour les entreprises, mais moi j'invite les employeurs à favoriser le télétravail et à définir les règles avec les représentants des salariés", a-t-elle lancé. Pour elle, c'est une des armes qu'ont les entreprises pour lutter contre la 5e vague en sus des gestes barrières  et protocole sanitaire sur le lieu de travail. Le patronnat semble toujours réticent à l'utilisation du télétravail, en témoigne cette petite phrase du patron du Medef,  Geoffroy Roux de Bézieux, le 23 novembre dernier : "Le télétravail, c’est un peu la glande". Rectifiant quelques heures après : "Pour certains salariés qui ne peuvent pas télétravailler, l’image du télétravail, c’est un peu la glande". Autant de réticences que partagent également la plupart des syndicats.

Pas question pour le gouvernement d'un "100 % télétravail" favorisant l'isolement des salariés, mais plutôt une gestion au cas par cas.  Mais "il ne faut pas ignorer les situations individuelles ni casser les collectifs de travail", précise Elisabeth Borne, qui sans imposer, voudrait inciter patrons et syndicalistes à développer ce télétravail autant que faire se peut, arguant du fait que "le télétravail participe à la démarche de prévention du risque d'infection au Covid".

L. R.
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?