Si Omicron règne désormais sur la France, Delta reste dominant à l'hôpital

  • Le variant Delta, toujours actif dans les hôpitaux
    Le variant Delta, toujours actif dans les hôpitaux Illustration CP
Publié le

Le variant Omicron a pris le pas sur son "rival" viral Delta et représente maintenant environ 88 % des cas de contamination dans le pays. Mais en ce qui concerne les hospitalisations, ce n'est pas tout à fait le cas.
 

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a publié vendredi 14 janvier sa dernière étude sur le variant Omicron, avec des données prises entre le 3 et le 9 janvier. A cette date, relate le Hufftington Post, l'incroyable contagiosité d'Omicron a fait qu'il représentait quelque 88 % des cas positifs relevés. Selon Santé publique France, au 11 janvier, ces chiffres sont confirmés avec 87,79 % des cas de contamination liés au variant Omicron, et donc 12,21 % étant du fait de Delta.

 Dans 11 des 13 régions de France métropolitaine, le pourcentage de cas positifs liés à Omicron dépasse les 90 %, et c'est en région Paca que ce taux est (pour l'instant) le plus faible, avec 86,8 %, derrière l'Occitanie, avec 89,3 %.

La part d'Omicron en Occitanie
La part d'Omicron en Occitanie Capture d'écran - Santé publique France

Mais en ce qui concerne les hospitalisations, les chiffres s'inversent quelque peu. Le variant Omicron est responsable selon la Drees d'environ 52 % des admissions à l'hôpital, mais de seulement 31 % en soins critiques, ce qui veut dire que Delta est responsable de 69 % des cas en réanimation. Un élément supplémentaire confirmant la faible dangerosité d'Omicron par rapport à Delta.

Ce dernier variant a d'ailleurs, comparativement parlant, un impact beaucoup plus fort qu'Omicron chez les non-vaccinés, en contaminant environ les deux-tiers d'entre eux à l'issue d'un test, alors qu'à l'inverse 80 % des personnes vaccinées avec rappel sont contaminées par Omicron. Ici, tout laisse à penser que l'aptitude d'Omicron à contourner la barrière vaccinale est bien réelle.

En terme d'hospitalisation, la "pression" du variant Delta sur les non-vaccinés est encore plus forte, en représentant plus de 90 % de ces personnes en soins critiques, contre 10 % de contaminés par Omicron. Mais c'est aussi le cas, en légèrement atténué peut-être, chez les vaccinés, qu'ils le soient partiellement ou complètement, avec ou sans rappel.

 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Momolux Il y a 4 mois Le 16/01/2022 à 22:51

nous donne beaucoup trop de chiffres différents suivant les médias
Il faudrait déjà que les politiques se tiennent à faire de la politiques et les médecins donner des conseils réel
Bien souvent les calculs sont différents
On a un gouvernement qui nous ment depuis le début qui nous fait croire tout et n importe quoi
Comment peut on Être serin pour faire face à ce virus