Rodez : pour Jérôme Andrieu, le chanteur Springsteen est plus que le boss

Abonnés
  • Jérôme Andrieu, fan absolu de Springsteen.
    Jérôme Andrieu, fan absolu de Springsteen.
Publié le
Philippe Routhe

Ce sexagénaire ruthénois originaire du Bassin est venu partager sa passion pour le chanteur américain à la médiathèque de Rodez. Rencontre, à la veille de la sortie du nouvel album du "boss", le 11 novembre.

Son histoire avec Bruce Springsteen a commencé comme dans un film. Au début des années 80, Jérôme Andrieu joue à "Donkey Kong" au café du coin, à Aubin. C’est un mercredi. Une fille s’approche du Juke Box et passe un premier 45 tours. The River. " Je me dis, cette voix sirupeuse, je n’aime pas trop…" La fille passe la face B, "Ramrod". "Là, cela commençait à me chatouiller les oreilles. Puis elle a mis Cadillac Ranch, et là, c’était parti".

Jérôme Andrieu est alors âgé de 17 ans, il ne sait pas encore que Springsteen va marcher à côté de lui durant toute sa vie. " Quand je rentre chez moi, je dis à mon frère aîné ce que je viens d’écouter. Je n’arrivais pas à prononcer Springsteen, rigole-t-il. Lui, il connaissait bien sûr". Le grand frère bienveillant lui a ramené un 33 tours du "boss". Lançant défintivement Jérôme dans le sillon de Bruce.

Quelques années plus, tard, en 1988, est arrivé la moment de le voir en concert. Mieux qu’il ne l’aurait pensé.

"C’était à Vincennes. Le 18 juin, j’allais au concert de SOS Racisme et le lendemain, j’avais mes billets pour voir Springsteen. Le 18, il y avait Bashung, Indochine, et une pléiade de stars. Et qui voit-on débouler sur scène… Bruce Springsteen. Il n’était pas prévu. La surprise était totale". Inoubliable en tout cas pour Jérôme Andrieu qui l’a ensuite vu à dix-sept reprises sur scène, dont deux aux États-Unis. En 2000 au Madison Square et en 2003 au Fenway Parc de Boston.

"Il reste un troubadour"

Plus les années sont passées, plus le gars du bassin qu’il est s’est senti proche de Springsteen. " Cette colère qu’il a encore aujourd’hui contre les injustices, c’est ça aussi Springtseen ", glisse Jérôme Andrieu. "Il reste un troubadour. A Paris, un soir de concert, nous étions deux heures à l’avance dans le stade. Il est arrivé avec sa guitare sur l’épaule, a joué quelques morceaux pour nous faire patienter, ent oute simplicité", se souvient-il. " Une autre fois, en plein concert, panne générale de courant. Il n’est pas allé se réfugier dans les loges. Il est resté avec le public, il est descendu dans la foule en attendant…"

Jérôme Andrieu a accepté la semaine dernière de raconter un peu de cette histoire lors d’une heure consacrée à Bruce Springsteen à la médiathèque. Devant une trentaine de personnes, il a partagé un bout de sa passion, lui qui a accumulé plein de petits boulots, avant d’être ambulancier à Rodez. "Parler en public, je n’ai jamais fait cela, mais j’ai accepté aussi parce que la culture c’est trop important à mon sens. Surtout aujourd’hui. Et si ça peut donner envie à quelqu’un d’aller à la médiathèque, c’est super", lance-t-il.

C’est peu de dire que Jérôme Andrieu aimerait avoir la chance de croiser un jour la route de Springsteen. En 2023 qui, sait ? Cela n’arrive pas que dans les films. Il a en tout cas son billet pour le concert qui sera donné au mois de mai, tout comme il aura le nouvel album qui s’apprête à sortir en novembre.

"Je me dis que je ne me suis pas trompé en devenant fan de Springsteen" conclut Jérôme Andrieu.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?