Aveyron : "Le rêve du pêcheur" de Hemley Boum intègre la liste du prix des lecteurs de la Maison du livre 2024 à Rodez

Abonnés
  • L’auteure camerounaise Hemley Boum. L’auteure camerounaise Hemley Boum.
    L’auteure camerounaise Hemley Boum.
Publié le
Philippe Routhe

L’auteure camerounaise publie son cinquième roman sur fond de mémoire refoulée, d’exil, et d’attachement familial. Avec une force littéraire très addictive.

Hemley Boum, avec "Le rêve du pêcheur", paru chez Gallimard en décembre dernier, vient d’intégrer la liste du prix des lecteurs de la Maison du livre 2024 à Rodez. Et il y a fort à parier que ce roman qui nous emporte des rives du Ntem au Cameroun, en passant par Douala et Paris figurera dans d’autres sélections de prix littéraires.

"Le rêve du pêcheur" décline la trajectoire de trois générations d’une même famille dont les racines sont au fond de l’Océan, "ce lieu où résident nos parentés invisibles ". Le destin de cette famille, qui vit dans une forme de sobriété naturelle au Campo, est bouleversé par l’empreinte du colonialisme, l’arrivée du capitalisme et l’envie de consommer qui va avec.

Hemley Boum entremêle comme les racines de palétuviers l’histoire du pêcheur Zacharias et de son épouse Yalana, de sa fille Dorothée, alcoolique et prostituée, de son petit-fils Zachari, "Petit pa", tout en emportant le lecteur d’un continent à un autre, de Douala à la faculté de Nanterre ou Zachari deviendra psychologue au détour de drames le poussant à l’exil.

L’écrivaine camerounaise, qui en 2021 était invitée aux Nuits et jours de Querbes, après la sortie de son précédent roman plusieurs fois primé "Les jours viennent et passent", livre ce récit avec une poésie qui donne la pleine puissance à ce roman que des critiques littéraires destinent à un avenir radieux.

On s’attache en effet à ces personnages d’un bout à l’autre du roman.

À l’image de Zachari. "Ma vie est comme un de ces fils qui dépassent d’un vêtement trop porté, tirer dessus comporte le risque de voir le tissu s’effilocher entre vos doigts. Le mieux était de faire un nœud le plus discret possible et d’espérer qu’il tienne. Ma vie était une étoffe fragile, retenue par une multitude de nœuds. Si j’en faisais un, le reste partait en lambeaux."

"Le rêve du pêcheur" nous dit au fond que si l’on n’échappe pas à son passé, on peut aussi essayer de le réparer.

"Le rêve du pêcheur", Éditions Gallimard, 349 pages, 21,50€

 

La sélection du prix de la Maison du livre

Qui pour succéder à Marie Charrel et « les mangeurs de nuit », dernier prix des lecteurs de la Maison du livre ?
Jeudi soir, le jury ruthénois a validé les six nouveaux romans qui rejoignent les six premiers de la sélection 2024.
- Sous la menace, Vincent Almendros, Éditions de Minuit.
- Contrefeu, Emmanuel Venet, Éditions Verdier.
- Le rêve du pêcheur, Hemley Boum, Gallimard.
- Les loups de Babylone, Anne Percin, La Manufacture de livres.
- Terre fragile, Claire Fullern Stock.
- Un monde à refaire, Claire Deya, L’Observatoire.
- Cinq femmes, Marcel Cohen – Gallimard.
Pour rappel les six premiers livres sélectionnés sont :
- Ce que je sais de toi, Éric Chacour, Philippe Rey.
- Croix de cendre, Antoine Senanque, Grasset.
- La foudre, Pierrick Bailly, POL.
- Les chants d’amour de Wood Place, Honorée Fanonne Jeffers, Les escales.
- Les voleurs d’innocence, Sarai Walker, Gallmeister.
Veiller sur elle, Jean-BaptisteAndréa, L’iconoclaste.
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement à cet article
2 semaines offertes
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?