Le lac de Saint-Gervais, petit coin de paradis en Viadène

  • Une digue de remblais sépare le plan d’eau de Saint-Gervais de la retenu du barrage du même nom.
    Une digue de remblais sépare le plan d’eau de Saint-Gervais de la retenu du barrage du même nom. Charles Leduc
  • A Saint-Gervais, 16 hectares d’une eau calme s’offrent aux plaisirs des vacanciers.
    A Saint-Gervais, 16 hectares d’une eau calme s’offrent aux plaisirs des vacanciers. Charles Leduc
  • Sandres et brochets font le bonheur des pêcheurs à Saint-Gervais.
    Sandres et brochets font le bonheur des pêcheurs à Saint-Gervais. Charles Leduc
  • La base nautique accueille, chaque été, les vacanciers et habitants de la région.
    La base nautique accueille, chaque été, les vacanciers et habitants de la région. Charles Leduc
  • La cascade du Saut du Chien dévoile une vue imprenable sur la région
    La cascade du Saut du Chien dévoile une vue imprenable sur la région Charles Leduc
  • A Monnès, Lyseth donne libre court à sa passion depuis les années 70-80.
    A Monnès, Lyseth donne libre court à sa passion depuis les années 70-80. Charles Leduc
Publié le

Découverte. Seize hectares d’une eau calme s’offrent aux plaisirs des vacanciers.

Près de Saint-Amans-des-Cots, entre Montézic et Saint-Symphorien-de-Thénières, le petit village de Saint-Gervais dévoile un visage de pure sérénité et de tranquillité. Un petit village typique de ceux que l’on traverse en Viadène, à une différence près. Lui, recèle un petit trésor. Un petit trésor qui en fait un véritable coin de paradis. Il s’agit de son lac. De son plan d’eau, diront certains. Quoi qu’il en soit, ses 16 hectares, nés lors de la construction du barrage de Montézic, en font un site «familial». 

Ici, il est possible de se baigner, dans une zone délimitée et surveillée par un maître-nageur durant les deux mois de l’été. Ici, il est possible de pratiquer des loisirs nautiques, tels que le canoë et le pédalo. Seuls les engins à moteur sont interdits.

La base nautique accueille, chaque été, les vacanciers et habitants de la région.
La base nautique accueille, chaque été, les vacanciers et habitants de la région. Charles Leduc

«Il ne bouge pas, il est constant»

Des loisirs que l’on ne peut justement pas pratiquer de l’autre côté de la digue de remblais que l’on aperçoit au loin, lorsque l’on se trouve sur la plage de la base nautique de Saint-Gervais. Celle-là même qui jouxte le camping. De l’autre côté de cette digue, se trouve, en effet, le réservoir de l’ouvrage hydroélectrique de Montézic.

Un lac dangereux dont la variation des eaux, qui peut se révéler rapide, interdit toute navigation et baignade. À l’inverse, sur le plan d’eau de Saint-Gervais, point de risque. «Il ne bouge pas; il est constant», témoigne Tony Sirignano, le gérant du Relais du lac. De plus, celui-ci explique qu’il est «propre, car alimenté par plusieurs ruisseaux, lesquels favorisent le renouvellement de l’eau». 

Sandres et brochets font le bonheur des pêcheurs à Saint-Gervais.
Sandres et brochets font le bonheur des pêcheurs à Saint-Gervais. Charles Leduc

Pêche, randonnée, farniente, etc.

Sur ces berges prisées par les habitants de la région et les Parisiens qui ont leur résidence secondaire dans les environs, les baigneurs et adeptes de détente sur une plage ne sont pas les seuls à trouver leur bonheur. Car le site est également un paradis pour pêcheurs. Effectivement, ces eaux sont visiblement réputées pour leur richesse en sandres, ainsi qu’en brochets.

Et les randonneurs ? Eux aussi sont les bienvenus. En effet, au-delà de balades qui peuvent les diriger vers l’atelier de Lyseth et la cascade du Saut du chien, ils peuvent profiter de la nature environnante en faisant le tour du lac. Des sentiers, en partie ombragés, sont d’ailleurs aménagés et offrent une multitude de lieux où se poser. Pour pique-niquer, pêcher, s’abandonner lors d’une sieste, ou contempler les eaux calmes du lac de Saint-Gervais, en toute simplicité.

A Monnès, Lyseth donne libre court à sa passion depuis les années 70-80.
A Monnès, Lyseth donne libre court à sa passion depuis les années 70-80. Charles Leduc

Charles Leduc
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?