Natation

Stéphane Gomez, reconversion réussie

  • Personne n'est parvenu à suivre le rythme imposé par Stéphane Gomez.
    Personne n'est parvenu à suivre le rythme imposé par Stéphane Gomez. Centre Presse / Centre Presse
Publié le / Modifié le S'abonner

L'ex nageur longue distance en eau libre s'est imposé avec brio lors du triathlon du Ségala, samedi.

S’il n’y avait qu’un pas entre la natation et le triathlon, ça se saurait ! Pourtant, avec Stéphane Gomez, on pourrait le croire. Car l’ancien grand champion de nage en eau libre - vice-champion du monde du 25 km en 2001, 50 podiums dans les manches de coupe du monde, neuf titres nationaux, etc. -, a ajouté pour la deuxième fois consécutive son nom au palmarès du Triathlon du Ségala, samedi. Cette fois-ci, avec plus de trois minutes d’avance sur son dauphin, le Montpelliérain Mathieu Poulain.

Sorti en première position de l’eau, le sociétaire de Tri 12 a ensuite fait la course en solitaire, tout en gérant lors de l’épreuve de cyclisme avant de remettre le bleu de chauffe lors de la course à pied. Bref, trop rapide, trop serein, trop fort ce Stéphane Gomez !

Apprentissage

« Je pensais que mes concurrents reviendraient sur moi en vélo mais cela n’a pas été le cas. C’était bizarre de courir seul mais j’ai fait l’épreuve comme une course contre la montre. Et l’avantage d’être seul, c’est qu’on peut parfaitement se jauger », indiquait-il, samedi à l’arrivée.

Car ce succès est loin d’être une finalité pour l’entraîneur du Grand Rodez Natation. « Il n’y avait pas de cadors aujourd’hui, seulement de bons régionaux donc il faut relativiser », souriait-il d’ailleurs dans toute l’humilité qui le caractérise. Non, comme à son époque phare de nageur, l’homme veut désormais progresser, voir plus haut.

« Il n’y a que deux ans à peu près que j’ai commencé à courir et faire du vélo. Je ne suis qu’en apprentissage. Aujourd’hui, j’ai vu qu’avec la course à pied, sur laquelle je travaille depuis début août, j’avais peut-être trouvé mon deuxième point fort. Car il ne faut pas se leurrer, la natation n’offre pas une grande avance en triathlon. Cela demande beaucoup d’entraînement mais surtout une grande réflexion. C’est cela qui me plaît d’ailleurs car ça change de la natation. À l’époque, je m’entraînais tous les jours à fond alors que là, avec le triathlon, il faut toujours se demander lequel des trois sports mettre en avant, lequel peut apporter à l’autre... Bref, c’est très compliqué ! Et je dois l’avouer, je ne suis pas encore totalement tri athlète dans ma tête », soufflait-il samedi toujours aussi passionné par l’effort et les sensations procurées par le sport. Chapeau bas.
 

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Baraqueville

190000 €

A 15mn de Rodez, exposée plein sud sur un terrain avec vue de 729m², maison[...]

316000 €

Baraqueville, maison de type 5 de 160m2 au coeur d'une propriété disposant [...]

320000 €

Baraqueville, au coeur du Segala, Maison d'habitation de 160m² habitables, [...]

Toutes les annonces immobilières de Baraqueville
Réagir