Economie

Dernière ligne droite pour les commerces aveyronnais

  • Dans les galeries marchandes des centres commerciaux, les chalands se sont faits rares ces derniers jours.
    Dans les galeries marchandes des centres commerciaux, les chalands se sont faits rares ces derniers jours. JAT / JAT
Publié le / Modifié le S'abonner

Économie. Les fêtes de fin d’année sont cruciales pour les commerçants. Après une saison morose, ces derniers espèrent, dimanche et en début de semaine prochaine, voir leurs ventes décoller.

Tous les commerçants attendent fébrilement la période des fêtes de fin d’année. Une période qui leur garantit, bien souvent, une part importante de leur chiffre d’affaires. Seulement, cette année, les consommateurs ne semblent pas au rendez-vous. Dans les allées des galeries des centres commerciaux Géant ou Leclerc, d’Onet-le-Château et de Sébazac, le chaland se fait rare.

«On va dire que les gens n’ont pas le cœur à la fête et donc à faire des achats», glisse une employée d’une boutique de vêtements pour femmes. En tout cas, de l’avis des commerçants rencontrés, ce mois de décembre s’avère «décevant. Bien en deçà de la fréquentation de l’an dernier à la même époque», confie une bijoutière du centre commercial Géant. Sans vouloir parler d’un quelconque impact sur son chiffre d’affaires, cette commerçante assure néanmoins qu’il pourrait «être en baisse si les clients n’arrivent pas».

Jusqu’à 25% du chiffre d’affaires

Dominique Serieys, co-président de l’association Cassiopée qui regroupe de nombreux commerçants de l’agglomération ruthénoise, estime ainsi que les achats de fin d’année peuvent représenter jusqu’à 25% du chiffre d’affaires, voire la moitié pour certains. Peut-on expliquer une telle sinistrose ? «Peut-être les élections régionales, les attentats de Paris qui ont miné le moral des gens, mais également le temps particulièrement clément de décembre qui n’incite pas les acheteurs à franchir la porte de nos boutiques», avance Lionel Harguindeguy gérant de trois magasins à Rodez. Un constat également partagé par les commerçants decazevillois.

Les clients attendus dimanche et la semaine prochaine

Pour ceux qui ont d’ores et déjà décidé de faire leurs achats «leur budget est plus restreint que l’année dernière, confirme le commerçant. Et puis, les achats se sont étalés entre novembre et décembre. On nous a dit que le budget consacré aux cadeaux était en augmentation cette année, mais je ne m’en suis pas aperçu». Dominique Serieys espère donc que cette dernière semaine avant Noël, avec l’ouverture des commerces ce dimanche, va «lancer ce mois de décembre qui a démarré plus que timidement». Malgré tout, celui-ci se montre confiant : «On peut s’attendre à l’arrivée des clients dimanche, voire en début de semaine prochaine.C’est toujours la cohue à cette période» Après un mois de novembre «terrible pour certains», décembre était attendu «avec impatience pour relancer les ventes»

PH.H.
Voir les commentaires
Réagir