A Viviez, la SAM placée en procédure de sauvegarde

  • En 8 ans, les effectifs du groupe Arche ont littéralement fondus, passant de 2200 à seulement 981 salariés.
    En 8 ans, les effectifs du groupe Arche ont littéralement fondus, passant de 2200 à seulement 981 salariés. PB
Publié le , mis à jour

L’entreprise a été placée depuis le 6 juin en procédure de sauvegarde. La CGT en appelle à l'actionnaire majoritaire. 

Le syndicat CGT de Sam Technologies a fait parvenir mercredi après-midi un communiqué dans lequel il confirme le placement de l’entreprise en procédure de sauvegarde. Un placement intervenu le 6 juin par «décision du tribunal de commerce de Paris en même temps que les sites d’Alfisa (Espagne), Sermi (Haute-Savoie). Arche Industrie (Holding), quant à elle, a été placée en redressement judiciaire». 

Les autres sites du groupe, ceux de Villers-la-Montagne (Meurthe-et-Moselle), Sifa (Orléans) et Pacy-sur-Eure sont placés en redressement judiciaire depuis plusieurs mois. «Toutes ces procédures sont susceptibles à tout moment, rappelle le syndicat, d’évoluer de façon positive ou négative».

«Vache à lait»

L’analyse du syndicat est connue. Sam Technologies, que son PDG Patrick Bellity qualifiait en son temps de «vaisseau amiral du groupe» est devenu sa seule «vache à lait». «Le groupe Arche, dénonce le communiqué, a pressé Sam comme un citron pour rembourser en très grande partie les emprunts du groupe contractés en 2007 pour une stratégie risquée de rachats d’entreprises dont il faut, depuis, compenser les difficultés et les pertes financières enregistrées par la plupart, (attesté par les analyses de l’expert-comptable du Comité d’entreprise). Les faits sont là, implacables, nous sommes donc face à un véritable gâchis et un énorme échec industriel de l’ensemble du groupe»

L’actionnaire majoritaire aujourd’hui sur site

Parce que Sam n’a plus seule les moyens de son fonctionnement et de son développement, «malgré son énorme potentiel humain et industriel», les élus CGT, avec le soutien des salariés et y compris des cadres, redemanderont aujourd’hui à Antoine Michaux, représentant l’actionnaire majoritaire et qui est attendu sur site, «de prendre les décisions qui s’imposent vis-à-vis de la direction générale, mais aussi de redonner un nouveau souffle au site de la SAM». 

En clair, la CGT demande à l’actionnaire majoritaire de remettre de l’argent au pot afin de dégager «les moyens et les capacités de répondre aux attentes des clients en volume, en qualité et en innovation et de rassurer aussi nos fournisseurs et notamment les plus fragiles en particulier sur notre Bassin».

Quid de Patrick Bellity ? 

On sait, par ailleurs, pour avoir essayé de le joindre hier, que Patrick Bellity ne sera pas présent à l’usine pour accueillir Antoine Michaux. Faut-il en déduire quelque chose? Réponse aujourd’hui peut-être puisque nous avons sollicité une entrevue auprès d’Antoine Michaux. Patrick Bellity, quant à lui, n’a pas hier souhaité répondre à nos questions. 

PH.B.
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Viviez

92000 €

Decazeville : Maison de type 3 de plain-pied dans un quartier calme : entré[...]

96500 €

Viviez : Maison de type 2 en plain-pied de vie avec jardin et cour sur le d[...]

159000 €

Viviez : Ensemble immobilier comprenant : Une maison individuelle de type 4[...]

Toutes les annonces immobilières de Viviez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?