La faiblesse d’Onet profite à Luc

  • Toutes les deux auteures d’un début de saison compliquée, les équipes d’Onet et de Luc-Primaube n’ont pas ménagé leurs efforts hier au stade Georges-Vignes. Donnant d’intenses duels
    Toutes les deux auteures d’un début de saison compliquée, les équipes d’Onet et de Luc-Primaube n’ont pas ménagé leurs efforts hier au stade Georges-Vignes. Donnant d’intenses duels Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
  • La faiblesse d’Onet profite à Luc
    La faiblesse d’Onet profite à Luc
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Trop juste collectivement, Onet s’est incliné hier sur sa pelouse face à son voisin Luc-Primaube qui aura lui enregistré une très bonne opération comptable.

Quel début de saison catastrophique pour les Castonétois ! Hier, sur leur pré et face à Luc-Primaube, ils ont enregistré un quatrième revers (0-1) en autant de rencontres. Au coup de sifflet final, les mines étaient donc déconfites. Au contraire de jaune et vert tout heureux d’enregistrer là leur premier succès en championnat, huit jours après celui acquis face à Albi (3-2) lors du 4e tour de la Coupe de France. Pourtant, dans ce derby de (très) mal classés, ce sont bien les Castonétois qui avaient démarré pied au plancher. Prenant même le jeu à leur compte. Une situation qui aura seulement duré 25 bonnes minutes. Car ensuite, le collectif local aura montré ses limites. 

Nouveau staff, retour d’anciens, recrues aux CV chargés et départ de joueurs cadres à l’intersaison ont semblé peser lourd sur la pelouse encore hier. Alors qu’en face, le LPFC, sans se montrer étincelant, aura au moins prouvé qu’il sait parfaitement profiter des offrandes adverses. Comme lors de l’ouverture du score, peu avant la pause. Là, sur une ouverture en profondeur et dans les airs, et alors que la balle était d’abord destinée à l’avant-centre Vaysse à contre temps sur ce coup-là, Fabre a profité d’une hésitation de la défense locale pour s’accaparer du ballon et filer vers le but.

Avant de s’écrouler et que l’arbitre ne dégaine le sifflet pour désigner le point de penalty. Roda n’avait plus qu’à exécuter la sentence. Ce qu’il a joliment fait. Et même si Onet n’a ensuite pas ménagé ses efforts pour revenir au score, les crampes du capitaine Flan en attestent, il n’a jamais semblé en mesure de faire plier des visiteurs beaucoup plus sérieux dans la défense de leur avantage que précis dans leur volonté d’inscrire le but du break.

Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir