Manon Guitard a « halluciné » après avoir reçu le coup de boule...

  • Samedi, 89e minute : Manon Guitard (2e en partant
    Samedi, 89e minute : Manon Guitard (2e en partant
Publié le
Centre Presse Aveyron

Lundi, Manon Guitard a pris son après-midi. Au programme, plutôt que quelques heures de farniente, la chargée de projets développement gamme sport du laboratoire Nutergia a filé tout droit chez un ORL. Pour un verdict qui n’implique aucun arrêt de travail : « Fracture du nez sans déplacement de la cloison nasale ». La défenseur latéral droit du Rodez Aveyron football ne s’est pas mise à un sport de combat. Elle a simplement croisé la route de Maëva Salomon, remplaçante des Girondins de Bordeaux et expulsée samedi à la 89e minute (0-0) pour un geste aussi rare qu’intolérable : un coup de tête qui devrait valoir à la joueuse aveyronnaise de porter un masque et d’éviter les contacts pendant « trois semaines à un mois ».

En attendant d’arborer cette protection, Manon Guitard, qui n’avait « jamais vu ça » sur les terrains de foot féminin, se repassait hier le film d’un samedi soir qu’elle aura achevé « hallucinée », autant choquée par le geste que par la douleur. Ou même par la raison de l’accrochage, insignifiante selon son récit. « On s’agrippe (par le maillot) toutes les deux, raconte l’ex-Lilloise. Mais l’arbitre siffle pour elle (la Bordelaise). Pourtant, elle râle et dit que ça fait trois fois. Je lui demande d’arrêter mais ça reste courtois. Et là, elle s’approche et me dit : “Ferme ta gueule !” »

La suite se déroule en une fraction de seconde. Manon Guitard demande « Pourquoi ? ». La réponse, rebaptisée « zizounette » sur les réseaux sociaux en référence au coup de boule de Zidane sur Materazzi en 2006, claque sur son nez. « Sur le coup, je n’ai pas compris. Je l’ai juste regardée, hallucinée, souffle la Rafette, immédiatement entourée de ses partenaires. Bien sûr, parfois on se “frite” sur le terrain mais ça n’en arrive jamais là. »

Tout le problème est résumé. Samedi, une limite a été franchie, encore plus dans un football féminin brillant par sa correction (lire le chiffre). « Mais ces filles sont peu nombreuses et se mettent toutes seules à l’écart, affirme l’entraîneur ruthénois Sébastien Joseph, réfutant l’hypothèse d’une violence qui gagnerait du terrain. Si on veut vraiment les isoler, il faut des sanctions exemplaires. »

Ce pourrait bien être le cas pour Maëva Salomon, potentiellement suspendue lors des huit prochains et derniers matches de D1. Déjà « remarquée » lors de son passage à Saint-Maur (D1) la saison dernière, l’ex-joueuse du PSG âgée de 20 ans pourrait aussi être sanctionnée par le club girondin. Samedi, son entraîneur, Jérôme Dauba, qui aurait déjà eu à se plaindre du comportement de l’ancienne internationale U19, a affirmé ne « plus vouloir la voir ». Certaines histoires s’arrêtent parfois sur un coup de tête...

5

Les cartons rouges, directs ou non, sont rares en D1 féminine. La preuve, samedi, celui reçu par la Bordelaise Maëva Salomon n’était que le 5e de la saison. Après quasiment 90 matches. Soit un toutes les 18 rencontres. Loin du ratio en Ligue 1. Les hommes écopent en effet d’un carton rouge tous les... 3,5 matches.

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

130000 €

RODEZ proche TOUR DE VILLE - Rare sur le marché, appartement de type 2 de 5[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?