Viviez : l’Adéba 12 interpelle Nicolas Hulot contre le projet de stockage des déchets Solena

  • Des opposants à Solena toujours très mobilisés.
    Des opposants à Solena toujours très mobilisés.
Publié le
Centre Presse / Philippe Boscus

Dans le mano à mano qui les oppose depuis de long mois déjà, l’opposition se poursuit entre les membres de l’association Adéba 12 (Association de défense de l’environnement du Bassin et alentours) et les porteurs du projet Solena (stockage et traitement des déchets aveyronnais à Viviez).

Réunis tout récemment les adhérents de l’Adéba ont mis la touche finale à un courrier destiné à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire. L’association y énumère les différents points qui sont, selon eux, en contradiction « avec l’autorisation d’exploiter de cet équipement ».

Ainsi, le site retenu se trouverait, « en désaccord avec les critères du plan départemental de gestion des déchets du fait des habitations qui se situent à moins de 300 mètres ». Poursuivant leur argumentaire, ils s’appuient sur un avis de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) qui conseille « une pause pour ce genre d’installation en raison du risque technique ».

Enfin, tout aussi important à leurs yeux, l’aspect environnemental est également mis en avant : « ce secteur d’une densité de 180 habitants au km², dont une école, héberge une usine classée Seveso. Et qui plus est, l’unité de traitement incriminée serait construite sur un crassier pollué ».

L’Adéba rappelle enfin que « ce projet est incompatible avec les orientations de la Région, responsable en matière de planification des déchets ».

Ils concluent leur courrier en exhortant le ministre à opposer une fin de non-recevoir aux autorisations d’exploiter. Des demandes d’autorisation qui, selon le timing indiqué il y a quelques semaines de cela par les responsables du projet, devraient être déposées avant la fin de l’été.

Entre quatre yeux ou par courrier, ces mêmes craintes ont également été exprimées au sous-préfet Christian Robbe-Grillet, à la députée Anne Blanc, mais aussi au président du Sydom (Syndicat départemental des ordures ménagères).

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?