Environnement

Aveyron : ces pelouses et prairies menacées de disparition

  • Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
    Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
  • Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
    Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
  • Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
    Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
  • Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
    Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
  • Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
    Ces pelouses et prairies menacées de disparition Les balades thématiques du CPIE
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Cet été, le CPIE du Rouergue vous invite à la rencontre de ces milieux préservés en Aveyron lors de balades thématiques.

Bien que reconnues comme habitat d’intérêt européen, les pelouses calcaires sont des espaces naturels qui tendent à disparaître. Abandon du pastoralisme et généralisation de l’agriculture intensive sont les principales causes de cette régression qui impacte de nombreuses espèces.

Les devèzes des Grands causses

Les pelouses sèches sont des formations végétales herbacées rases, essentiellement composées de plantes vivaces formant un tapis plus ou moins ouvert sur un substrat calcaire, avec des sols peu épais subissant un éclairement important et une période de sécheresse climatique.

Les pelouses caussenardes sont des pelouses sèches calcicoles. Elles occupent de vastes superficies sur les plateaux des Grands causses où on les nomme souvent des devèzes. L’histoire de ces pelouses est intimement liée à l’homme. En effet, leur formation est due à l’agropastoralisme. Vastes espaces défrichés par les hommes et les troupeaux éliminant petit à petit les chênaies et les hêtraies naturelles qui dominaient le paysage.

Mille espèces

C’est aujourd’hui le phénomène inverse qui se produit, avec le changement des pratiques pastorales, les zones sont en déprise et la colonisation du boisement est amorcée par les buis, genévriers, pins et autres chênes. Peu productives en termes de rendement agricole dans un contexte d’agriculture intensive et mécanisée, les pelouses sèches ont perdu leur intérêt pour les hommes et les milieux se referment.

Les pelouses calcicoles représentent pourtant des intérêts écologiques et biologiques majeurs. La flore héliophile (qui aime le soleil) y est extrêmement diversifiée, on recense ainsi près de 1 000 espèces différentes.

Ces milieux abritent 26 % des plantes protégées au niveau national et 30 % des espèces végétales recensées en France, dont notamment les orchidées. De même, la faune y est d’un grand intérêt, particulièrement les insectes : papillons, sauterelles, criquets... Beaucoup d’insectes ont développé une adaptation à ces milieux, n’utilisant qu’une seule espèce de plante pour se reproduire ou se nourrir par exemple.

Reptiles et oiseaux

On retrouve également de nombreuses espèces de reptiles, lézard vert, lézard ocellé ou couleuvre coronelle pour ne citer qu’eux. Ce qui conduit à la présence de nombreuses populations d’oiseaux caractéristiques des milieux ouverts, circaètes Jean-le-Blanc, milans royaux et toutes les espèces d’alouettes…

Les pelouses sèches détiennent une biodiversité typique et sont de véritables zones de refuge et de nourrissage pour de nombreuses espèces remarquables, rares, protégées et menacées.

La plupart des pelouses sèches calcicoles sont classées comme milieux prioritaires dans les textes internationaux pour la protection des habitats naturels.

Cependant, elles sont extrêmement menacées par la fermeture des milieux et il est difficile de faire comprendre les enjeux qu’elles détiennent à une population qui les considère comme de la friche. En moins d’un siècle, 50 à 75 % des pelouses calcicoles ont disparu du territoire français.

Les pelouses sèches d’Aveyron se déclinent en plusieurs catégories en fonction des espèces qu’elles abritent : pelouse sèche à fétuque durette et à brome dressé, pelouse sèche supra méditerranéennes à aphyllante de Montpellier, prairie mésophile pâturée ou fauchée, prairie ombragée à seslérie bleue, pelouse des rocailles, dolomitique des sables.

Les balades thématiques du CPIE

Cet été, le CPIE du Rouergue vous invite à la rencontre de ces milieux préservés en Aveyron lors de balades thématiques. Monts et Lacs du Lévezou, mardi 21 août, de 15 heures à 18 heures. Aux abords de Salles-Curan, venez découvrir cette terre de diversité et de contrastes.

Étonnante nature, vendredi 3 août de 9 h 30 à 12 heures. Rejoignez les sentiers de la commune de Montrozier et laissez-vous émerveiller par les joies de la nature. Centre permanent d’initiatives pour l’environnement à Millau (05 65 61 06 57) et à Onet-le-Château (05 65 42 18 17).

Réagir