Pradinas : le nouveau chef de La Tourelle mise sur le traditionnel atypique

  • Sonia et Xavier Jardinier devant leur établissement.
    Sonia et Xavier Jardinier devant leur établissement. Photo PDS - CPA / Photo PDS - CPA
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Installé depuis plus d'un an à Pradinas, le chef avec son épouse Sonia, a plus d'un tour dans ses recettes pour égayer les menus.

Il n’a pas hésité une seule seconde. Et les deux paris se sont finalement avérés payants. Pour le premier déjeuner le jour de l’ouverture, les élus du conseil municipal avaient pris place autour de la table ; lors du premier repas de groupe, les membres du comité des fêtes avaient bien garni la salle. Les uns, du dos de cabillaud, les autres, de la seiche. "Ils ont aimé et, depuis, ils reviennent !", lâche pas peu fier Xavier Jardinier.

Il fallait effectivement oser : servir du poisson là où la clientèle, qui plus est du Ségala, s’attend à de la viande. Le nouveau chef cuisinier de La Tourelle, à Pradinas, était sûr de son fait, lui qui arrive tout droit de La Rochelle. Et, même s’il n’a pas réalisé ses gammes dans une école hôtelière, il s’est forgé une solide expérience avec Jean, son père, restaurateur dans la préfecture de la Charente-Maritime, tout en poursuivant par une formation de boulanger-pâtissier. "Il n’est plus là, hélas, pour le voir mais je perpétue son savoir. Cela m’a toujours plu de cuisiner ; et, à la maison, c’est toujours moi derrière les fourneaux."

Une seconde chance

Le hasard l’a donc conduit, avec Sonia son épouse, à Pradinas. "Ma sœur est installée ici depuis quelques années et nous avons découvert la région le plus souvent lors de vacances estivales. Jusqu’au jour où mon beau-frère m’a appris que la mairie cherchait un gestionnaire pour le restaurant. Le projet méritait réflexion." Seulement, "j’ai pris trop de temps pour me décider", intervient Sonia.

Et d’ajouter : "Entre-temps, des personnes ont signé. Mais elles ont tenu à peine six mois." Cette fois-ci, les époux Jardinier ont beaucoup moins tergiversé et n’ont pas laissé passer cette seconde chance : un dossier bouclé en décembre 2016, une réponse affirmative quelques jours plus tard et un déménagement (avec deux enfants) en février. L’ouverture, quant à elle, était programmée pour avril. "Déjà, nous avons été bien accueillis et soutenus par la mairie qui a mis la main à la poche pour la cuisine. Nous avons réalisé quelques travaux de peinture, par exemple, et, surtout, un grand nettoyage de l’ensemble. Il ne restait plus qu’à trouver un nom au restaurant. Nous nous sommes vite aperçus que les gens faisaient toujours référence à La Tourelle de Marie… Nous avons juste enlevé le prénom !"

Xavier Jardinier trouve néanmoins le temps pour un stage car "un restaurant, ce n’est pas la cuisine de la maison". Il intègre la brigade d’un établissement tenu par deux cousins à La Rochelle. "Au bout de quatre jours, ils m’ont dit que j’étais prêt à me lancer. Ils ne m’ont pas laissé partir sans m’aiguiller pour ma première carte." Le chef s’est donc mis à la recherche de producteurs et de fournisseurs, bien aidés en cela par un beau-frère qui connaît bien la région.

Viennoiseries et gâteaux

"Sans aucune prétention, j’ai une cuisine atypique tout en restant dans le traditionnel. J’aime bien ajouter des herbes, des épices, des sauces… là où les clients ne les attendent pas forcément. Je marie également le sucré-salé. Je suis surtout à l’écoute de ce que peuvent penser les gens qui viennent ; les critiques sont forcément constructives." Il s’est donc adapté à un département plus porté sur la viande que le poisson. Tout en jouant sur le "fait-maison", les produits locaux et quelques rendez-vous désormais bien ancrés. "Le vendredi, notamment, le menu s’articule autour d’une viande et de frites “fait-maison” ; en hiver, c’est une soirée à thème et durant la semaine, je mets également ma toque de boulanger et de pâtissier. Mercredi, samedi et dimanche, je propose des viennoiseries. Le dimanche, en plus, je prépare des gâteaux à la commande."

Les journées sont finalement trop courtes pour les époux Jardinier mais ils n’ont "aucun regret". "Nous sommes très bien ici. Les gens sont sympas et il existe une bonne mentalité…" Même pour déguster un dos de cabillaud ou une seiche !

 

Le restaurant est ouvert du lundi au samedi le midi (samedi soir et dimanche midi réservation). Contact au 05 65 47 78 79.

Paulo Dos Santos
Voir les commentaires
L'immobilier à Pradinas

158500 €

Vous recherchez un bien au calme non loin des commodités ? Sandrine Comte H[...]

299000 €

SEGALA, entre Naucelle et Rieupeyroux, à 10mn de toutes commodités, ce corp[...]

299000 €

Au cœur de la réserve protégée de Pradinas (cerfs, daims, sangliers), à seu[...]

Toutes les annonces immobilières de Pradinas
Réagir